CULTURE | FLANDRE MARITIME
28 mai 2020

Opération Dynamo : Dunkerque va-t-elle tomber ?

Encerclée par l'ennemi, Dunkerque peut-elle encore tenir ? Et que faire des milliers de combattants anglais, français et belges pris au piège ?

Rappel des faits : le 22 mai 1940, l'amiral anglais Bertram Ramsay lance l'opération Dynamo, qui vise à rapatrier un maximum des soldats encerclés dans le secteur de Dunkerque par l'invasion allemande.

Au total, 400 000 soldats sont dans la nasse. 240 000 Britanniques, 160 000 Français, se retrouvent acculés dans une zone de 11 km autour de Dunkerque.

Sans que l'on puisse à ce jour l'expliquer précisément, Hitler a ordonné de stopper l'avancée de ses chars le 24 mai pour se concentrer sur Paris. Un répit inespéré de quelques jours pour organiser l'opération Dynamo...

Little ships et autres embarcations

À partir du 26 mai, la "noria" des little ships commence à s'organiser. Des bateaux de toutes tailles, de tout tonnage, prennent la mer du Nord, depuis le sud-est de l'Angleterre, en direction de Dunkerque. Objectif : embarquer le plus de soldats possible.

Plus de 800 navires britanniques et français s'engagent alors dans une dangereuse traversée. L'aviation allemande, la Luftwaffe, pilonne en continu le secteur, et les naufrages sont légion. Plus de 4 000 bombes sont lâchées sur Dunkerque. Comme les soldats, les civils terrés dans les caves vivent l'enfer. Plus de 1 000 morts seront ensevelis dans des fosses communes, l'hôpital de Zuydcoote se retrouvant quant à lui débordé.

Cet épisode est notamment narré par Robert Merle, officier présent dans le secteur, dans son roman Week-end à Zuydcoote.

Une guerre dans la guerre !

Sous le feu ennemi, les bateaux doivent emprunter le chemin le plus long menant à Douvres, en passant par la côte belge. Mais entre les Britanniques et les Français, ça tangue. Les Anglais donnent priorité à leurs troupes pour l'exfiltration, empêchant les Français d'évacuer les 28 et 29 mai.

Pendant ce temps, à Lille, les combats font rage, mais les alliés tiennent. Et Dunkerque n'est pas encore tombée...

Pour aller plus loin