SPORT | TOUT LE DÉPARTEMENT
12 août 2021

Nicolas Vandenelsken court pour la planète

Ce Nordiste de 29 ans s'apprête à réaliser un petit exploit : samedi 14 août, il commencera son tour de France pour sensibiliser à la protection de la planète. Le tout en courant, et en ramassant des déchets !

115 jours pour courir et nettoyer la nature, voilà l'objectif que s'est fixé Nicolas, un Nordiste lambda particulièrement engagé dans la préservation de la planète. Originaire de Vieux-Condé, il prendra le départ de sa commune, le 14 août prochain. Direction ensuite l'eurovéloroute 4 à Dunkerque, puis il descendra vers Saint Brieuc, Vannes, Bayonne, Marseille et remontera par Lyon, Strasbourg... Rencontre avec un homme à suivre !

Pourquoi entamez-vous ce périple ?

C'est un gros défi personnel et une envie très forte de sensibiliser à l'avenir de notre planète. Ce tour de France "vert", renommé Greenicotour, est une manière de sensibiliser les gens autrement et de profiter du sport et de ses valeurs pour toucher les jeunes surtout.

Comment vous est venue l'idée d'un tour de France ?

J'étais chef de projet évènementiel dans une grosse boîte et j'ai tout arrêté en 2019 pour partir en Nouvelle-Zélande. Là-bas, j'ai beaucoup réfléchi à ce que je voulais faire de ma vie. J'adore le sport, l'évènementiel mais la pollution autour de tout ça me dérange et je veux agir et sensibiliser un maximum de personnes. Alors ça s'est transformé en un tour de France !

Votre particularité c'est le plogging...

Oui, le plogging est une activité créé en Suède qui consiste à courir tout en ramassant des déchets. Cela fait longtemps que je cours et que je vois des déchets partout. Souvent je les ramasse, et quelques jours après, j'en retrouve au même endroit, ça m'agace ! En faisant du plogging, je veux interpeller les gens sur mon parcours. Lors de mon Greenicotour, je ramasserai des déchets sur les 2 derniers kilomètres de chaque étape et tous les volontaires pour m'aider seront les bienvenus !

Vous emportez un jeu avec vous, pourquoi ?

Pour faire jouer les gens sur mon parcours. C'est la Fresque du Climat, un jeu collaboratif, instructif et créatif qui montre les liens de cause à effets du dérèglement climatique. Les données sont fiables, elles proviennent des rapports du GIEC (Groupement d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat). Jouer à ce jeu déclenche souvent une prise de conscience. Alors, je vais aller à la rencontre des écoles et des gens lambdas, pour les faire jouer, créer leur propre fresque du climat et après... la suite leur appartient !

Plus de 3 600 kms vous attendent, comment vous préparez-vous ?

Cela ne va pas être facile tous les jours, mais je me prépare à fond ! Je cours 6 jours sur 7 en faisant des séances de fractionné et des sorties longues. J'ai déjà l'expérience des marathons... Un médecin du sport-nutritionniste m'accompagne et l'association des Osthéopathes de France va m'aider sur mon parcours. Et puis j'ai prévu trois paires de baskets ! Mais des baskets éco-responsables bien sûr : chaque kilomètre couru sera transformé en plantation d'arbre grâce à l'application Active Giving.

Pendant le Greenicotour, quelle sera votre journée type ?

Partir entre 6h et 8h du matin pour arriver à 13h au maximum. Puis l'après-midi, aller à la rencontre des habitants, dans les classes, dans les entreprises, dans la rue, pour les sensibiliser à la préservation de l'environnement et à l'importance du sport pour notre santé. En fin de journée, je prévois un temps de récupération avec des osthéos ou kinés et ensuite dormir chez l'habitant tous les soirs.

Comment appréhendez-vous cette aventure hors du commun ?

Je fais tout pour réussir ! Ce sera dur physiquement mais aussi très enrichissant de pouvoir partager l'expérience avec des tas de gens. Je souhaite apprendre encore davantage sur moi et sur les autres, peut-être rencontrer aussi des sportifs de haut niveau sur le parcours, pour surfer sur leur notoriété et démocratiser avec eux les enjeux du climat.

Avez-vous d'autres objectifs en toile de fond ?

Oui je souhaiterais valoriser le Nord comme terre de jeux 2024, et aussi sensibiliser les jeunes aux problèmes de santé et à la nécessité de se bouger. Personnellement, j'ai eu des problèmes de surpoids, alors en racontant mon histoire, je veux leur montrer que faire du sport c'est possible et c'est tout bénéfice !

Et à votre retour, quels seront vos futurs projets ?

Raconter cette formidable aventure en intervenant dans des écoles, entreprises,... Et aider les acteurs du sport, évènements sportifs, clubs professionnels,... à changer leur modèle pour préserver notre planète.

Vous souhaitez suivre Nicolas sur son périple ?

Rendez-vous sur son compte Facebook Greenicotour !

Crédits photo : Dominique Lampla

Pour aller plus loin

Retour au sommet