HANDICAP | MÉTROPOLE
18 février 2021

Marie Hespel, ou l'illettrisme vaincu par le chant

Marie Hespel, 25 ans, originaire de Wattrelos, a participé aux sélections de l'émission The Voice, jusque Paris. Elle a manqué la sélection finale d'un cheveu. Avec un parcours atypique : l'illettrisme. Rencontre avec une famille très soudée.

Avec sa participation à l'émission The Voice, Marie est une star maintenant.

Mais c'est Claudine, sa mère, par ailleurs assistante familiale du Département, qui prend la parole d'emblée : Pendant ma grossesse, mon mari et moi avons perdus nos 4 parents. En une année. C'était en 1995. C'était un très grand choc. On pense que cela a du jouer sur le développement de Marie.

Toute petite, la petite Marie pleurait tout le temps, puis s'est repliée, renfermée sur elle-même, et à l'école elle avait de grandes difficultés.

A 10 ans, je ne connaissais pas l'alphabet

Marie Hespel

Marie se souvient : J'étais la risée de l'école. On me violentait. Je ne parlais pas, je ne retenais rien. Je faisais un blocage. A 10 ans, je ne connaissais pas l'alphabet, si bien que je ne savais ni lire, ni écrire. Je n'y arrivais pas. J'ai du consulter des orthophonistes, des psychologues, en France et en Belgique, et j'ai appris la langue des signes. C'est souvent comme ça que je communiquais. Encore, à la maison ça allait, mais dès que j'étais à l'extérieur, je me bloquais.

Le chant, un déclic

J'ai arrêté mes études assez tôt, vers 16 / 17 ans, avec quand même 17 de moyenne en Anglais, confie aujourd'hui Marie, qui aimait aussi l'Histoire.

Comme le chant était devenu ma passion, j'ai suivi des cours à l'EF2M de Tourcoing où ils m'ont tout appris du chant, de la maîtrise de la scène, j'ai touché de plusieurs instruments de musique.

Le chant m'a sauvé la vie !

Marie Hespel

Avec le langage des signes, j'ai appris à déchiffrer petit à petit les paroles des chansons que je chantais, même si je n'en comprenais pas toujours le sens.

Puis Marie devient technicienne de surface dans des établissements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Elle y tient la cafétéria l'après-midi. Et elle chante, toujours et encore, derrière le comptoir. Au plus grand bonheur des résidents.

J'égaye les journées des personnes âgées qui m'ont beaucoup encouragée, dit Marie, qui chante aussi à destination des personnes handicapées de tous âges.

The Voice, un tremplin

Illustration 
Marie Hespel, durant The Voice, avec sa famille en médaillon

A Paris, Marie ratera la sélection d'un cheveu. Le jury ne se retournera pas, même si après coup, elle a eu des mots d'encouragement très touchants des chanteurs Marc Lavoine ou Vianney, une fierté, commente-t-elle maintenant.

Après la diffusion de l'émission, le 6 février dernier, on m'a déjà demandé des autographes et des selfies à Wattrelos et ailleurs ! , raconte la jeune femme qui avec son père, a créé l'association Elevetavoix, qui promeut l'autonomie, via la reprise de chansons d'hier et d'aujourd'hui.

Je chanterai toujours !

Derrière les consoles du studio que lui a installé son père Philippe, à l'arrière du jardin familial, où Nina, le berger allemand,  n'a pas le droit de cité, Marie se remémore : Je ne regrette pas, j'ai eu de supers commentaires, c'est un rêve de petite fille, et je pense vraiment retourner à The Voice cette année. Et je chanterai toujours !

Une belle histoire de vie, qui ne fait que commencer.

Crédits photo : Philippe Houzé

Pour aller plus loin

Retour au sommet