AMÉNAGEMENT CADRE DE VIE | CAMBRÉSIS
25 novembre 2021

À quoi ressemblera le futur canal dans le Nord ?

Le canal Seine-Nord Europe reliera l'Oise au Nord d'ici 2029 sur 107 km. Les premières images de synthèse permettent de découvrir la physionomie du tracé dans le Nord, avant les premiers coups de pioches attendus en 2024.

Si les travaux préparatoires ont débuté dans l'Oise, le creusement du canal Seine-Nord Europe ne  commencera pas avant 2024 dans le Cambrésis.

En attendant, on peut désormais se faire une idée plus précise de l'aspect du futur canal à grand gabarit avec les premières images de synthèse du projet.

Passer la vidéo

Revenir avant la vidéo

A l'horizon 2029, le canal sera relié à celui de la Sensée au niveau d'Aubencheul-au-Bac, afin de rejoindre le port de Dunkerque et les ports de Belgique et des Pays-Bas, via ceux de Valenciennes et de Lille. 

Le canal Seine-Nord Europe va ainsi offrir une continuité de navigation entre les bassins de la Seine et de l'Escaut, et relier ainsi le réseau à la Belgique, aux Pays-Bas et à l'Allemagne.

L'Union européenne (2,1 milliards d'euros), l'Etat, les Régions Hauts-de-France et Île-de-France, ainsi que les Départements du Nord (217 millions d'euros), du Pas-de-Calais, de la Somme et de l'Oise sont les partenaires financiers de ce projet qui redessinera la carte des transports fluviaux.

Réduire le trafic poids-lourds

Les entreprises du Nord pourront ainsi utiliser le fluvial pour faire venir leurs matières premières et livrer leurs produits.

L'objectif est de diminuer le trafic de poids-lourds de 760 000 camions sur la zone d’impact du canal dont 500 000 sur l'autoroute A1 par an. Les péniches qui emprunteront le canal représenteront chacune l'équivalent de 200 à 220 camions, pour les plus importantes. 

Un port intérieur dans le Nord

Quatre ports intérieurs jalonneront le parcours.

Le plus vaste sera celui de Cambrai-Marquion, construit entre Sauchy-Lestrée (62) et Haynecourt (59) à l'horizon 2029. Long d'un kilomètre, il s'étendra sur environ 156 hectares, comprendra plusieurs terminaux et sera porté par un syndicat mixte. 

Il sera desservi par le canal, bien entendu, mais aussi par la route et le réseau ferroviaire, via la ligne Cambrai-Douai, le tout à proximité immédiate du pôle logistique quadrimodal E-Valley.

Illustration
Plan du futur port intérieur du Cambrésis.

Une chance pour l'emploi

Pour les Nordistes, ce projet est véritable opportunité en matière d'emploi, aussi bien pour les entreprises locales que pour les allocataires du Revenu de solidarité active, que le Département accompagne dans leur parcours.

En effet, la phase de travaux devrait créer des milliers d'emplois dans la région, pour la construction du canal, mais aussi pour l'hébergement et la restauration des équipes.

Le chantier en lui-même mobilisera entre 2022 et 2029, au moins 28 métiers différents dont :

  • 1 000 conducteurs d’engins et ouvriers pour creuser le canal.
  • 500 coffreurs et ferrailleurs, ainsi que des soudeurs pour construire les ponts et les écluses.
  • 300 ouvriers spécialisés en voirie pour rétablir les routes.
  • 300 personnels d’encadrement.
  • Des mécaniciens, grutiers, monteurs, topographes, ouvriers des espaces verts, écologues...

Pour aller plus loin