AMÉNAGEMENT CADRE DE VIE, ENVIRONNEMENT | CAMBRÉSIS
10 mars 2021

Et au milieu, pousse une haie

Sur la commune de Masnières, dans le Cambrésis, Etienne Passet, exploitant agricole, a fait le choix de remettre de la biodiversité au cœur de son métier. Il vient de planter des haies dans ses champs, avec le soutien de la fédération des chasseurs.

A comme Actions en milieu agricole

Avec Nord durable, le Département encourage la création de nouveaux espaces de nature, en ville ou à la campagne. Les plantations de haies, indispensables au maintien de la biodiversité, font partie des actions soutenues.

Certaines le sont par le biais d'un partenariat noué avec la Fédération des chasseurs du Nord. Objectif : développer les plantations et les couverts végétaux dans des champs pour protéger et favoriser les espèces sauvages et la biodiversité.

Il est important que nos deux institutions, ancrées dans les territoires ruraux, montrent une écologie qui agit, avec des opérations concrètes de reconquête de la biodiversité et de lutte contre l'érosion des terres agricoles. 

Patrick Valois, vice -président du Département en charge de la ruralité et de l'environnement

C comme conscience

Dernièrement, c'est à Masnières, dans le Cambrésis, que de nouvelles haies ont vu le jour sur les terres d'Etienne Passet. Je suis exploitant d’un champ géré en agriculture conventionnelle. Mais à mon sens, je peux faire des efforts sur les questions environnementales tout en développant mon activité. C’est surtout une question de conscience professionnelle, explique cet agriculteur.

 Ce n’est pas parce que je vais abandonner 60 ares sur une parcelle de 141 hectares que je vais mettre la clef sous la porte. Il faut savoir allier les deux et on peut le faire !

Etienne Passet, exploitant agricole à Masnières.

F comme Finances

Pas question pour autant de remettre en cause l'équilibre financier de son exploitation.

D'un côté, le Département investit 50 000 euros dans la convention de partenariat pour le financement des plants de haies, des semences de couverts végétaux et le test de barres d'effarouchement. De l'autre, la fédération des chasseurs du Nord met à disposition les "kits" de plantation (répartir les plants entre les agriculteurs et le prêt d’une machine de plantation, par exemple).

La fédération met également la main à la poche pour l’agriculteur et compense sa perte d’exploitation avec une aide forfaitaire de 1500 euros par hectares et par an. Puisqu’on demande à l’agriculteur de participer sur un volet environnemental, d’améliorer le paysage, l’idée était de l’indemniser et de financer l’emprise, précise Joël Deswarte, président de la Fédération des chasseurs du Nord.

L’agriculteur, lui, a pour mission de permettre une bonne pousse et un bon entretien de la haie favorable à la faune sauvage pendant 10 ans.    

G comme gestion des espèces

C’est la responsabilité première de la Fédération des chasseurs : éviter la disparition ou la surabondance d’une espèce, poursuit Joël Deswarte. Dans le Nord, nous connaissons une difficulté sur la perdrix grise par exemple. L’habitat a son importance. En effet, planter une haie ne fait pas juste beau dans le paysage : c’est surtout un refuge pour la faune.    

H comme haie utile

Une haie utile, c’est son positionnement par rapport à l’environnement : inutile de faire pousser une haie en bordure de bosquet. Mais dans le concept d’utilité, nous allons encore plus loin car nous mélangeons les essences pour avoir un étalement de fleurs propices à l’épanouissement des insectes, des oiseaux ; mais aussi une production de fruits qui sera la nourriture hivernale.

Joël Deswarte, président de la fédération des chasseurs du Nord.

Les services techniques de la fédération des chasseurs délivrent d'ailleurs des conseils pour le choix des essences en fonction de la localisation : près de la mer, plus dans les terres, etc. 

En 2021, 100 kilomètres de haies seront plantés. Depuis le début de l'année, 20 kilomètres ont déjà été plantés.

Illustration
Joël Deswarte, président de la Fédération des chasseurs du Nord

N comme Nature

Enfin les haies permettent de proposer un paysage différent, en refaisant une place à la nature. Les champs à perte de vue, sans un arbre, ce n’est quand même pas très beau, admet Etienne Passet, exploitant agricole à Masnières. C’est pourquoi il a voulu couper ses 53 hectares d’exploitation pour y planter 2000 mètres de haies. Dans quelques années, vous reviendrez et vous verrez courir des lièvres, se nicher des perdrix. Tout ça, ça fait partie de la nature. Tout simplement. 

Crédits photo : Philippe Houzé

Pour aller plus loin