DÉCOUVRIR LE NORD | MÉTROPOLE, TOUT LE DÉPARTEMENT
13 avril 2021

Du quinoa dans les champs du Nord

Depuis plusieurs années, des maraîchers nordistes cultivent le quinoa. Les grains de cette plante originaire d'Amérique latine sont très riches en protéines végétales. Avec ce quinoa "made in Nord", on peut donc manger exotique, sain et local !

Marcq-en-Barœul, secteur agricole du Pavé stratégique. Depuis son installation il y a 13 ans, Georges-Eric Vermon cultive des céréales “classiques”, ainsi que des poireaux, des carottes, des navets ou encore des pommes de terre.

Mais quand on est seul et qu’on dispose de peu d'hectares, il faut trouver de la valeur ajoutée. Alors entre avril et septembre, l’agriculteur dédie désormais jusqu’à cinq hectares de ses terres à la culture du quinoa.

Cette grande plante originaire d’Amérique latine pousse traditionnellement sur les hauts plateaux des Andes. De la même famille que la betterave et l’épinard, elle peut monter jusqu'à deux mètres de haut. Elle a besoin de chaleur en mai et juin puis d’un temps sec lorsqu'elle est en fleur. C’est une culture risquée au rendement très variable mais j’aime sortir des sentiers battus et tenter l’impossible...ou presque !

Des trois agriculteurs qui produisent du quinoa dans la région, Georges-Eric Vermon est le plus gros producteur avec 17 tonnes récoltées l’an dernier sur 10 hectares. Après un pré-triage des grains, son quinoa part dans le Centre pour un triage affiné avant de revenir à Marcq-en-Baroeul où il est conditionné. Il ne reste plus qu’à le consommer !

Très riche en protéines végétales, le quinoa se consomme un peu comme du riz. Les grains de quinoa sont entourés de saponine, une pellicule naturelle qui préserve le goût. Il faut donc les rincer une à deux fois avant de les cuire, explique l’agriculteur.

Il fournit notamment des restaurants scolaires et vend aussi en circuit court. De quoi varier le contenu de votre assiette sans plomber son bilan carbone et en soutenant l'agriculture locale !

Du quinoa ... mais pas que !

Georges-Eric Vermon cultive aussi du maïs pour pop-corn, des lentilles vertes, et les fameuses lentilles noires beluga parfois surnommées le "caviar végétarien". Il est le premier producteur de pois-chiches de la région et vient de se lancer dans la production de graines de lin à consommer. 

Cet aventurier de la culture, qui n'en est pas moins extrêmement rigoureux, estime qu'en France, on peut faire pousser beaucoup plus de choses qu'on ne le pense. Un autre agriculteur de la région est d'ailleurs entrain de tester la culture du sorgho, plante originaire d'Afrique, pour l'alimentation animale.

Quant à Georges-Eric Vermon, la multitude d'idées novatrices qu'il a encore en tête nous laisse penser qu'il n'a pas fini de nous surprendre !

Crédits photo : Ph. Houzé, G.E. Vermon

Pour aller plus loin

Retour au sommet