CULTURE | DOUAISIS, TOUT LE DÉPARTEMENT
20 septembre 2021

Dans le Douaisis, Homahé peint avec... de la chicorée

Des années que Marie-Hélène Horain, connue sous le nom d'Homahé, peint des portraits. Depuis un an et demi, ils sont à la chicorée. Recette de ces tableaux pas tout à fait comme les autres, présentés lors des Portes ouvertes des ateliers d'artistes.

Dans les livres du grenier. Son intuition lui disait que c'était là qu'il fallait chercher. La médiathèque de Lecelles, dans l'Amandinois, préparait, en 2019, une Journée verte et lui avait demandé d'être présente. Marie-Hélène Horain s'était aussitôt mise à chercher comment lier la nature, suggérée par le mot "verte", les livres de la médiathèque et son travail artistique.

Devant les images sépia des vieux ouvrages, la peintre comprend qu'elle vient de trouver quelque chose. Cette couleur, nostalgique et douce, ce sera un renouveau dans sa pratique, mais comment la reproduire sans la trahir ? 

Marie-Hélène Horain pense d'abord au café et écarte l'idée aussi vite. Le rendu serait trop éthéré. Dans la cuisine d'Alfreda, sa mère, elle réfléchit, lève les yeux, voit la chicorée. C'est peut-être ça, se dit-elle. Elle essaie.

C'est bien ça. La chicorée donne une teinte sépia. Elle l'associe à l'or. Les peintures se subliment. Mais la chicorée est une matière rebelle. Elle ne se laisse pas travailler facilement.

Marie-Hélène Horain doit abandonner l'huile avec laquelle elle aime travailler pour l'acrylique qu'elle ne connaît pas. Elle apprend à doser la chicorée pour donner de la matière, sans qu'elle envahisse le tableau, et laisser transparaître chaque nuance. Elle abandonne les pinceaux, peu à peu, se met à peindre directement avec ses mains.

C'est de l'expérimentation totale, ce que j'ai fait avec la chicorée. Je me suis acharnée jusqu'à ce que j'arrive à avoir le résultat qui me convient.

Marie-Hélène Horain connue sous le nom d'artiste d'Homahé.

Sur ses toiles, le même rendu que sur les vieilles photos des livres. J'aime ce côté début du siècle passé. Je suis comme mes tableaux : composée de nostalgie mais aussi tournée vers l'avenir.

Vous souhaitez mieux connaître Homahé avant de la rencontrer ?

Voici quelques détails qui vont vous donner envie de venir la rencontrer lors des Portes ouvertes des ateliers d'artistes

  • L'odeur de l'enfance. La chicorée, pour Marie-Hélène Horain, c'est l'odeur des matins de son enfance. Ses parents avaient l'habitude d'en boire. Sa mère, Alfreda, continue d'en utiliser pour brunir les sauces.
  • Des portraits de femme.  C'est vrai qu'il y a eu des portraits d'animaux, mais Homahé est surtout reconnue pour ses portraits de femme. Je découvre les personnages que je vais peindre à travers leur biographie. Je choisis des femmes qui ont un côté un peu nostalgique, un peu effrontée, comme moi. 
  • Autodidacte.  Marie-Hélène Horain a toujours crayonné, toujours. Elle a abandonné le crayon pour le pinceau il y a un peu plus de 15 ans. Sans mon mari, ses tableaux n'auraient sans doute jamais été montrés au public. Son frère, professeur agrégé d'arts plastiques, les découvrant l'a poussé à continuer.  La peintre y voit une force. Je suis curieuse. Je n'ai pas de barrière, j'aime m'essayer à de nouvelles choses.
  • Un succès immédiat. Dès mon deuxième tableau, j'ai reçu des propositions d'achat. 
  • Un artiste totem. Dali. Elle le peint partout. Sur sa veste, dans sa cour, sur le pendentif triangulaire qu'elle porte autour du cou. Il nous embarque dans ses folies, c'est un artiste extraordinaire.
  • Une association d'artistes. En 2015, avec une couturière, un vitrailliste, une chorégraphe et d'autres artistes, elle crée l'association Artribu à Orchies. Dix-neuf de ses membres exposeront leur travail lors des Portes ouvertes des ateliers d'artistes du 1er au 3 octobre 2021.

Pour rencontrer Homahé, rendez-vous du 1er au 3 octobre au foyer Ambroise Croizat, 5 rue Jules Ferry à Orchies.

Trois journées pour découvrir des artistes partout dans le département

 Les Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes  sont un rendez-vous artistique gratuit proposé par le Département depuis plus de 20 ans ! Il met à l’honneur les arts plastiques et visuels. Cette année, il aura lieu du 1er au 3 octobre dans le Nord. Plus de 700 ateliers, aux quatre coins du Nord, ouvrent leurs portes. Venez les découvrir ! 

Crédits photo : Ph. Houzé

Pour aller plus loin

Retour au sommet