CULTURE | CAMBRÉSIS
19 septembre 2021

À Cambrai, Sandrine Herlin fait naître de nouvelles espèces d'oiseaux

Le 2 octobre, Sandrine Herlin ouvrira les portes de son atelier de céramiste au public, comme 700 autres artistes du département. Durant une heure, nous nous sommes invités dans son antre. Vous nous suivez ?

De grandes crêtes, de gros becs. Cinq oiseaux regardent les passants aller et venir le long du boulevard Faidherbe de Cambrai. Sandrine Herlin ne sait pas encore quelles couleurs elle donnera à ses oiseaux en voie d'apparition. Alors, devant une des immenses fenêtres de la façade du n°91, elles attendent et font sourire les arrivants. La porte s'ouvre, Sandrine Herlin sourit. Venez, entrez.

Dans le couloir, c'est la première porte à gauche. L'atelier est là où d'habitude les salons et salles à manger aiment être installés. La lumière d'automne dore les étagères sur lesquelles des cabanes en céramique au doux nom de refuges s'élancent vers le ciel, les oiseaux se font face avec un je-ne-sais-quoi joyeux, les tableaux apportent de la poésie. 

Sur un coin de table, un carnet est ouvert. Le croquis d'une cabane s'en échappe. Je suis en résidence d'artiste dans le Boulonnais. Je prépare un refuge à taille humaine dans lequel les visiteurs pourront découvrir un petit cabinet de curiosités.

La céramique, une redécouverte

Quelques rayonnages, près de la porte, sont quasiment vides. Je rentre des Tupiniers, je n'ai pas encore eu le temps de tout remettre en place, explique Sandrine Herlin. Le Vieux-Lyon accueille chaque année ce marché de céramistes réputé et très pointu. La Cambrésienne fait partie des rares artistes à pouvoir y exposer. La céramique, c'est ma pratique de prédilection.

Elle est arrivée dans sa vie sur la pointe des pieds. Quand j'étais enfant, j'allais à l'école municipale d'art de Cambrai. Les filles faisaient de la peinture sur soie, du tissage, de la peinture et, de temps en temps, nous avions le droit d'aller faire de la céramique qui était plutôt enseignée aux garçons.

Ce qu'elle souhaitait, Sandrine Herlin, c'était devenir illustratrice. Des études à l'École supérieure d'art et de communication à Cambrai, un master à Orléans pour se spécialiser dans l'illustration et voilà qu'elle lance, avec son mari, un petit studio de création graphique dans le jardin de leur maison.

Le textile la rattrape. Ma grand-mère était couturière. Je voulais allier les deux, j'ai lancé ma marque Sandrine la Sardine avec laquelle je créais notamment du linge de maison. Son travail se fait remarquer, Vert Baudet le vend. La maison Masureel lui propose de créer du papier peint pour elle.

Sandrine Herlin aime les défis. Elle accepte et y consacre cinq années. La fabrication, ça me passionne. Il faudra qu'elle attende encore un peu, que l'École d'art de Douai lance un concours de céramiques de petites formes, sur le thème des nichoirs, pour que l'artiste renoue avec ce matériau.

Après le textile, je me suis intéressée à la peinture. J'ai fait des poules. D'un point de vue pictural, elles m'offraient une grosse surface de travail et la possibilité de m'amuser avec les rythmes. Ce thème des nichoirs répondait à mon travail. J'ai voulu essayer. Un des deux nichoirs qu'elle a proposés a été exposé au musée de la Piscine, à Roubaix. Cette petite reconnaissance m'a donné envie de continuer.

Elle se met à enseigner la céramique à l'École d'art de Douai. Elle participe aux Portes ouvertes des ateliers d'artistes en 2010. Les Portes ouvertes, c'est un premier lieu d'exposition. Ça permet, quand on n'a pas encore de lieu de diffusion, de montrer son travail. C'est génial. On ne sait pas qui va venir. On est d'habitude tout seul dans notre atelier et là, on peut avoir un retour sur ce que l'on fait.

Son travail plaît. Elle reçoit le premier prix du Ceramic Art Fair, à Andenne en Belgique. Elle expose ses pièces dans plusieurs galeries, à Bourges, à Combrit, en Bretagne, et à Clisson, dans la Loire-Atlantique. Et sûrement bientôt dans le Nord.

Pour rencontrer Sandrine Herlin et découvrir son univers doux et joyeux, rendez-vous le 2 octobre, de 10h à 13h et de 16h à 20h au 91, boulevard Faidherbe à Cambrai.

Trois journées pour découvrir des artistes partout dans le département 

Les Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes  sont un rendez-vous artistique gratuit proposé par le Département depuis plus de 20 ans ! Il met à l’honneur les arts plastiques et visuels. Cette année, il aura lieu du 1er au 3 octobre dans le Nord. Plus de 700 ateliers, aux quatre coins du Nord, ouvrent leurs portes. Venez les découvrir.     

Crédits photo : Département du Nord -P. Houzé

Pour aller plus loin

Retour au sommet