FAMILLE SANTÉ | AVESNOIS
29 mai 2020

Cindy, assistante familiale, crée un collectif pour fournir des masques

Cindy Pire est assistante familiale à Jeumont. Profondément émue par la crise sanitaire, elle crée un collectif de bénévoles pour fournir des masques en tissu aux personnes les plus vulnérables.

Jeumont. Un après-midi de mai comme un autre pour Cindy Pire, ou presque.

Devant sa machine à coudre, la jeune femme termine la réalisation d'une série de masques en tissu.

Depuis le début de la crise sanitaire, elle ne chôme pas : Nous en sommes à 1 600 masques confectionnés et distribués, précise-t-elle.  

En tant qu'assistante familiale, la jeune femme a reçu du Département des masques pour son usage personnel et celui des enfants dont elle s'occupe.

Les masques qu'elle fabrique sont destinés aux personnes les plus fragiles et les plus exposées à proximité de chez elle. Je ne m'attendais pas à une demande si importante. 

Un collectif de 12 bénévoles

Au début de la crise, une amie lui fait part du désarroi d'une infirmière libérale qui ne trouve pas de masques pour visiter ses patients. Cindy, qui possède une machine à coudre et quelques bases, se lance, un patron du CHRU de Grenoble certifié AFNOR sous la main. J'ai juste voulu me rendre utile.

Le résultat se révèle plus que concluant et le bouche à oreilles se met en marche. Les demandes sont de plus en plus nombreuses : des soignants libéraux et des centres hospitaliers se sont manifestés, mais aussi des personnes âgées qui n'osaient pas sortir de chez elles.

Avec l'aide de ses proches, et en échangeant avec le responsable du lieu de rencontre parents enfants de Maubeuge où elle emmène la petite fille dont elle s'occupe, Cindy décide de créer un collectif sur Facebook.

Je n'aurais jamais pu faire cela toute seule. Je suis émerveillée par la générosité des personnes qui m'entourent.

Cindy Pire

De fil en aiguille, le collectif s'organise et se renforce. Car il en faut des petites mains de l'espoir et de la solidarité, pour réaliser les masques. 

Sabrina Chamot est également assistante familiale. Avec deux autres collègues, Inès Gérondal et Carmen Buchon, elle a rejoint le collectif. Je ne suis pas une super couturière mais il y a plein de manières de participer : il faut collecter les tissus, les laver, faire les patrons, coudre, assembler les élastiques, distribuer...

Aujourd'hui 12 bénévoles, mamans, conjoints, assistants familiaux, mettent la main à la patte, et cela n'est pas prêt de s'arrêter ! affirme Cindy.

On tisse du lien social

Au fur et à mesure, les demandes se sont diversifiées et le collectif s'est adapté aux besoins.

Le collectif a crée des modèles de masques pour enfants. Ils sont distribués aux particuliers qui en ont besoin mais aussi dans les lieux de rencontre parents enfants et bientôt dans les écoles. Des modèles avec des boutons à la place des élastiques, plus pratiques pour certaines professions, ont aussi vu le jour. 

Tout le matériel nécessaire à la confection des masques - boutons, fil, élastiques, tissu - provient des appels aux dons lancés sur la page Facebook. Nous avons même reçu une machine à coudre ! s'enthousiasme Cindy.

Les masques sont évidemment gratuits. Si quelqu'un souhaite nous remercier, il peut apporter du matériel ou encore de la nourriture pour chats, que nous donnons aux associations locales de protection des animaux.

Si vous souhaitez contacter le collectif, rendez-vous sur la page Facebook  Les petites mains de l'espoir et de la solidarité. 

Une initiative solidaire qui montre encore l'implication dont savent faire preuve les assistants familiaux, en particulier en cette période de crise sanitaire.

Pour saluer leur engagement, le Département du Nord a décidé le 24 avril dernier d'octroyer une prime exceptionnelle aux 2600 assistants familiaux du Nord.

Pour aller plus loin