EMPLOI, AMÉNAGEMENT CADRE DE VIE | VALENCIENNOIS, CAMBRÉSIS, DOUAISIS
25 février 2020

Canal Seine-Nord Europe: ouverture à la navigation en 2028

Annoncé, maintes fois reporté, ce projet est désormais financé et prêt à démarrer courant 2020, avec à la clé de nombreuses retombées pour le Cambrésis et le sud du département.

Ils ont signé ! Fin novembre, l’ensemble des financeurs ont confirmé leur contribution : l’Europe (qui porte à elle-seule la moitié des 5 milliards d'euros nécessaires à ce projet), l’Etat et les collectivités locales, dont le Département du Nord à hauteur de 217 millions d’euros.

D’ici 2028, le canal Seine-Nord-Europe s’ouvrira donc enfin aux bateliers de tous horizons, permettant à des péniches géantes d’emprunter ce nouveau corridor fluvial entre le bassin parisien et le Nord, et l'ouverture sur les grands ports européens.

Un enjeu environnemental majeur

Ce tronçon de 107 km devrait permettre de délester chaque année l’autoroute A1 de 500 000 camions, avec un impact positif pour la qualité de l’air que nous respirons. A titre d'exemple, chacune des super-péniches qui emprunteront le canal peut emmener l'équivalent de 200 camions...

De nombreux acteurs y sont prêts, comme l’imprimeur Lenglet, implanté à Raillencourt-Sainte-Oll et Caudry. Cette réalisation est d’autant plus importante que notre papier provient, pour majorité deFinlande. Un transport fluvial permet notamment d’améliorer très nettement notre bilan carbone, ce àquoi l’entreprise est très attachée, observe William Lenglet, le PDG.

Jusqu'à 30 000 emplois induits

Côté chantier, la phase de travaux devrait créer environ 10 000 emplois.

Dans le Cambrésis, les services du Département sont déjà à pied d’oeuvre pour accompagner des allocataires du RSA sur les métiers du canal, notamment au travers des clauses d’insertion des marchés des travaux.

Une technicienne regardant un plan au bord d'un canal

A terme, sur les quatre ports intérieurs qui jalonneront le parcours (dont celui de Cambrai-Marquion) et les différentes plateformes logistiques, comme le futur pôle E-Valley près de Cambrai, on estime que le projet pourrait induire jusqu’à 30 000 emplois.

Une opportunité sans précédent pour notre département.

Pour aller plus loin