CULTURE | MÉTROPOLE, TOUT LE DÉPARTEMENT
22 septembre 2021

À Loos, Jessica Lambinet donne un coup de jeune à l'art du vitrail

Passionnée par le verre et bien décidée à dépoussiérer son art, la vitrailliste crée des ambiances de lumière contemporaines. Elle nous a ouvert les portes de son atelier situé dans un lieu pour le moins atypique, qui vaut aussi le détour.

Loos, rue Jules Ferry. Après avoir longé un ancien mur de briques tagué de motifs et de petites phrases à méditer, nous voilà devant un vieux portail métallique vert. Rien n'indique ce qui peut bien se cacher derrière et nous pensons nous être trompés d'adresse. 

Mais Jessica Lambinet est bien là, qui nous accueille de son large sourire et nous invite à la suivre... dans le dédale d'une ancienne usine de métallerie en cours de réhabilitation. Notamment occupés par l'association Méta-Lunair, les lieux accueillent désormais une bonne dizaine d'ateliers d'artistes et d'artisans. Après avoir traversé une cour, un immense appentis et le surprenant jardin communautaire des Nattes vertes, nous voilà enfin dans l'antre de la vitrailliste.

Créer et restaurer

Jessica Lambinet est installée ici depuis deux ans, après avoir notamment travaillé en Écosse. Diplômée des métiers d'art du vitrail et spécialisée en peinture sur verre, elle a créé sa propre structure pour bouleverser la pensée collective autour du vitrail, encore trop souvent associé à l’art religieux.

Le vitrail, c'est toujours actuel et ce n'est pas réservé aux églises ! J'ai envie de faire découvrir le côté moderne de cet art qui donne un côté unique aux espaces.

Jessica Lambinet

J'aime la richesse du métier de vitrailliste, ce n'est pas du tout une activité monotone. Les étapes de création d'un vitrail sont très variées. Et puis comme j'ai un peu la bougeotte, j'aime aussi les chantiers pour leur côté physique. Qu'il s'agisse d'habiller les fenêtres d'une salle de danse ou de décorer les murs d'une grande association automobile, elle s'imprègne de l'ambiance des lieux pour créer le vitrail adéquat, figuratif ou pas, et puise aussi son inspiration dans ses échanges avec les personnes. J'essaie de retranscrire dans le vitrail ce que ma sensibilité a perçu, résume-t-elle.

Illustration
L'artiste a dessiné ce vitrail qui habille désormais le hall d'entrée d'une maison de retraite.

Jessica Lambinet aime aussi avoir recours à la gravure sur verre qui permet de donner un effet de profondeur au vitrail, ou à la peinture sur verre qui se travaille de manière complètement différente de la peinture classique. Je suis passionnée par les notions de transparence : j'aime donc travailler le verre de manière évolutive en jouant sur les différentes apparences qu'il peut prendre en fonction de  la lumière. 

Illustration
L'artiste a aussi suivi une formation de chaudronnerie qui lui permet de pouvoir offrir un support à ses créations, quand celles-ci ne sont pas intégrées à du bâti.

Restaurer et transmettre

Bien ancrée dans son époque, Jessica Lambinet souligne d'elle-même que l'art du vitrail est loin d'être écologique, parce qu'il demande beaucoup d'énergie pour être produit, utilise du plomb et un type de verre qui ne se recycle pas. Pour elle, proposer aussi de la restauration est donc une évidence, d'autant que le vitrail peut durer des siècles. Dans le même état d'esprit, elle crée des petits bijoux ou objets de décoration avec les chutes de verre, afin de ne pas jeter ni gaspiller la matière. 

La jeune femme propose également des ateliers d'initiation à la création de vitraux et à la gravure sur verre. Une manière pour elle de sortir les gens de leur quotidien et d'expliquer son métier, que certains pensent disparu. Jessica Lambinet en est l'illustration parfaite : le métier de vitrailliste est bien vivant et résolument moderne !

Infos pratiques

Jessica Lambinet vous ouvre les portes de son atelier situé au 4 rue Jules Ferry à Loos :
- le samedi 2 octobre de 11h à 18h
- le dimanche 3 octobre de 11h à 17h.
Retrouvez toute la programmation des Portes ouvertes des ateliers d'artistes sur poaa.lenord.fr

Crédits photo : Ph. Houzé

Pour aller plus loin

Retour au sommet