CULTURE | FLANDRE INTÉRIEURE, TOUT LE DÉPARTEMENT
21 septembre 2021

À Cassel, Bertille Théry entre gravure et impression

L'artiste s'inspire de la nature pour créer des formes à l'encre noire. Elle laisse ensuite agir la magie de sa presse typographique, souvent plusieurs fois. Puis s'arrête là, ou intervient de différentes manières pour compléter son œuvre.

Le parquet craque doucement sous nos pas et de grandes fenêtres laissent entrer la lumière. Au plafond, les poutres apparentes ajoutent au charme de de la pièce. Bertille Théry nous accueille dans son atelier, situé au premier étage de sa maison casseloise. Mais contrairement aux apparences, elle n'est pas seule.

Il y a d'abord ses 13 petits-enfants, dont l'artiste a photographié les visages en noir et blanc et qui habillent de bas en haut les portes de deux placards. Moins visibles au premier coup d'œil quoique bien plus nombreux, des dizaines de personnages, tous différents, sont éparpillés partout dans la pièce. Seuls, à deux ou parfois plus, colorés ou pas, ils n'ont pas de visage mais sont bel et bien présents.

Pour travailler, Bertille Théry utilise d'abord une petite presse, de l'encre noire et différents matériaux : du papier bien sûr, mais aussi du tissu ou des éléments naturels. Je crée sans avoir de projet précis en tête, et sans savoir dans quel sens ma création va se regarder, explique-t-elle. Un jour, je me suis rendue compte qu'en ajoutant juste un petit ovale avec le bout du doigt, cela faisait des personnages. C'est comme ça qu'ils sont nés.

Il faut généralement plusieurs passages dans la presse typographique avant que l'artiste ne soit satisfaite du résultat. Elle décide ensuite de coloriser son œuvre, ou pas. Certaines sont assorties d'un timbre, minutieusement choisi en lien avec l'attitude du personnage ou les coloris de la création. Une idée qui lui est venue en créant un faire-part de naissance pour une amie. J'avais assorti le timbre sur l'enveloppe et cela faisait un bel ensemble.  Tout simplement.

L'artiste ajoute aussi parfois des morceaux de pages de livres chinés dans les brocantes. Je choisis des livres très abimés pour éviter de déchirer ceux qui pourraient encore être lus. Et je sélectionne ensuite des extraits avec des mots qui me plaisent.

La créativité pour moteur

Avant de prendre sa retraite il y a deux ans, Bertille Théry formait des éducateurs de jeunes enfants. Elle leur enseignait notamment des techniques d'expression artistique propres à mettre en avant le potentiel créatif des enfants. J'ai toujours aimé l'art plastique, alors c'était la partie de mon travail que je préférais.

Elle cherche à se perfectionner en peinture, mais les cours du soir des Beaux-Arts de Lille affichent complet. Qu'à cela ne tienne, elle va suivre les cours d'une certaine Nathalie Grall, artiste graveuse originaire de l'Oise. Une révélation ! Pas tant pour la gravure car cette technique exige beaucoup de temps et de précision, et que je suis beaucoup plus créative que technique. 

Mais une révélation quand même :  quand je gravais, je mettais trop d'encre et ça bavait. Mais en ratant, ça rendait quelque chose qui me plaisait ! Et je me suis trouvée moi-même.

Infos pratiques

Bertille Théry vous ouvre les portes de son atelier situé au 36 rue Constant Moeneclaey à Cassel:
- le samedi 2 octobre de 10h à 13h et de 14h à 19h
- le dimanche 3 octobre de 10h à 13h et de 14h à 18h.
Retrouvez toute la programmation des Portes ouvertes des ateliers d'artistes sur poaa.lenord.fr

Crédits photo : Ph. Houzé

Pour aller plus loin

Retour au sommet