JEUNESSE ÉDUCATION, HANDICAP | VALENCIENNOIS
18 janvier 2023

Autisme : au collège Marie-Curie de Saint-Amand-les-Eaux, l'inclusion est une réalité

Depuis la rentrée de septembre, l'établissement accueille trois élèves autistes. Grâce à un nouveau dispositif inclusif, ils suivent une scolarité similaire à celle des autres collégiens.

C’est une première dans le Nord ! Trois jeunes qui souffrent d’un trouble du spectre de l’autisme sont désormais scolarisés au collège Marie-Curie. L’établissement profite depuis le mois de septembre de la création d’un dispositif d’autorégulation (DAR) porté conjointement par le ministère de l’Éducation nationale, l’ARS (Agence régionale de santé) et le Département.

Une méthode éducative qui profite à tous

Importé du Canada, ce dispositif innovant consiste à accompagner quotidiennement les élèves autistes grâce à la présence régulière d’un enseignant dédié, de deux éducateurs spécialisés et d'une neuropsychologue.

Les trois adolescents – deux sont en 6e, un est en 5e – suivent les cours avec les autres élèves.  L’équipe enseignante et l’équipe médico-sociale travaillent main dans la main pour répondre au mieux aux besoins de ces élèves qui, du coup, profitent d’une pleine inclusion. Le collège bénéficie en même temps du développement d’outils transposables à l’ensemble des jeunes, explique Sylvie Clerc, vice-présidente chargée du Handicap.

Ce dispositif est gagnant-gagnant. Ce n’est pas juste le projet d’une classe, mais bien le projet d’un collège tout entier tourné vers l’inclusion et vers l’avenir. On a encore peu de recul mais on constate des avancées et du progrès.

Marie Cieters, vice-présidente chargée de l’Éducation et des Collèges

Une salle dédiée à l'accompagnement

L'été dernier, dans le cadre des travaux de réfection et de modernisation du collège réalisés par le Département, une salle a été spécialement aménagée pour les jeunes autistes. Aujourd'hui, elle peut les accueillir lorsqu'ils rencontrent des difficultés.

Pour Arnaud Simpels, l'enseignant référent du dispositif,  il faut pouvoir tourner les tables afin d'éviter toute information visuelle susceptible de venir perturber les adolescents. Dans cette pièce, aux murs nus, il est possible de diminuer la lumière pour créer une atmosphère différente, propice à l’apaisement. Ici, on peut identifier avec les jeunes des problématiques collectives, et les aider à construire leurs relations sociales, leur dynamique de classe. Cela les aide à gagner en confiance.  

pièce dans un collège 
Avec un coin détente et un ensemble de tables et chaises mobiles, cette salle préfigure une autre manière de suivre les élèves en difficulté.

Si  l’espace a été conçu pour aider les collégiens du DAR, qui peuvent parfois ressentir le besoin d’un retour au calme, il a aussi vocation à suivre des jeunes en difficulté scolaire. Dans le petit salon situé au fond de la salle, on est davantage sur de la lecture, des temps calmes, mais également des moments d’échange en lien avec les émotions des jeunes, poursuit Arnaud Simpels.

Et ce n'est pas tout. Outre des besoins en termes de comportement attendu dans une classe, cette salle sert aussi à répondre à des besoins académiques : on peut y venir pour une leçon qui a besoin d’être travaillée ou pour une question de méthodologie sur une étude de documents, explique Agnès Inglart, éducatrice spécialisée qui intervient au collège.

Le collège Marie-Curie accueillera trois élèves autistes supplémentaires dès septembre 2023, puis quatre l’année suivante, soit un total de dix élèves présentant un trouble du spectre de l’autisme à la rentrée 2024.

Crédits photo : Cédric Arnould

Pour aller plus loin