FAMILLE SANTÉ | AVESNOIS
11 avril 2020

Visière solidaire en Avesnois

Dans l'Avesnois, comme un peu partout dans le Nord, des bénévoles high-tech se mobilisent pour faire reculer le covid-19. Armés d'une imprimante 3D, ils fabriquent des visières de protection et ont rejoint le réseau « Visière solidaire ».

Les habitants de l'Avesnois se mobilisent pour lutter contre le coronavirus. Ainsi, une vingtaine de bénévoles, possédant une imprimante 3D, soit une quarantaine de machines, ont formé un réseau de fabricants de visières de protection. On les appelle des makers. Ils ont de suite rejoint le réseau national « Visière solidaire ».

Il s'agit d'une communauté créée en Ile-de-France et c'est avec beaucoup d'enthousiasme que nous l'avons rejointe, dès le 18 mars 2020, explique Christie Buisset, maker à Avesnes-sur-Helpe, à l'initiative du mouvement dans l'Avesnois et au-delà, dans tout le Nord-Pas-de-Calais.

Plus de 10 000 demandes de visières dans l'Avesnois

Illustration

Très vite, les demandes des professionnels de santé, comme les centres hospitaliers de l'Avesnois, mais aussi des pompiers, des infirmières du Département du Nord, des ambulanciers, des aides à domicile, des personnes âgées ou des commerçants, ont afflué de partout.

Nous avons actuellement plus de 10 000 demandes en attente

Christie Buisset.

Une question de survie

Quand on livre ces visières, avec une attestation en bonne et due forme d'intérêt général, nous sommes confrontés à des personnes qui se mettent à craquer, à pleurer. Pour elles, la moindre protection est vitale, ajoute Christie Buisset. C'est vraiment une question de survie.

Des makers de 10 à 70 ans

Pour peu que l'on possède une imprimante 3D, qui coûte de 300 à 400 euros, d'après Mme Buisset, on peut fabriquer ces visières. Chacune prend en moyenne une heure à confectionner.

Le réseau « visière solidaire » peut compter sur des bénévoles de tous âges.

Nous avons deux makers de 10 ans, mais aussi des personnes de 70 ans qui nous viennent en aide

Christie Buisset

Du pur bénévolat aux besoins énormes

Le réseau a néanmoins besoin de toutes les composantes de visières : Pour la fabrication des arceaux, il nous faut plus de PLA, une sorte de bio-plastique, de feuilles en plastique format A4 d'une épaisseur de 300 microns, d'élastiques, et bien sûr, de toujours plus de bénévoles, explique encore Christie Buisset.

">Un professionnel de santé avec une visière anti-projection<br>
Les professionnels de santé de l'Avesnois sont prioritaires du réseau "Visière solidaire".

La fabrication comme la livraison sont de l'ordre du bénévolat. Tout est gratuit, hormis, parfois, la matière première...

Le Labo de Fourmies mobilisé

A Fourmies, le Labo, un fablab innovant, a emboité le pas du mouvement « visière solidaire ». Ses quatre imprimantes ont récemment été renforcées de quatre autres nouvelles machines, par la volonté de la municipalité. Elles tournent à plein régime pour assurer cette fabrication, artisanale, mais précieuse.

Un renfort de poids dans l'Avesnois !

Crédits photo : Shields visière solidaire NPDC

Pour aller plus loin