CULTURE | MÉTROPOLE
28 juin 2021

Un jour, une œuvre : la cuisinière de la Maison natale Charles de Gaulle

La campagne de restauration de la Maison natale Charles de Gaulle menée en 2020 lui a permis de retrouver son aspect d’antan mais aussi le mobilier présent à la fin du 19ème siècle. Parmi ces éléments : une magnifique cuisinière.

En 2020, la cuisine de la Maison natale Charles de Gaulle a pu retrouver son apparence d'origine. Les indices matériels découverts dans cette pièce, lors de la restauration, ont permis de démontrer la présence d’une cuisinière, à la Belle Époque.

Le fourneau de cuisine ayant appartenu à la famille maternelle du général De Gaulle, les Maillot, n’a malheureusement pu être retrouvé. La Maison natale présente donc aujourd'hui un modèle typique, produit par la Société Nanquette située à Saint-Michel, dans l'Aisne, probablement dans les années 1920.

Cet outil indispensable à la préparation des repas comprend toutes les caractéristiques des fourneaux de cuisine commercialisés entre la fin du 19ème le début du 20ème siècle :

  • Les disques en métal sur la plaque de cuisson pouvaient être ôtés afin de s’adapter à la taille de la casserole ou de la marmite utilisée.
  •  À la droite des portes des deux fours, se trouvent les compartiments nécessaires à la mise en fonctionnement de l’appareil : les bûches ou le charbon étaient enfournés dans le tiroir du haut, la petite ouverture servait à l’allumage à l’aide d’une longue allumette et de papier journal tandis que le tiroir du dessous réceptionnait les cendres.
  •  Le robinet permettait de recueillir l’eau chaude du grand réservoir.
  • Le porte-torchon, tout autour du fourneau, permettait également de suspendre des ustensiles.

Ce meuble de métal avait également l’avantage de chauffer efficacement la pièce dans laquelle il était installé.

Pour aller plus loin

Retour au sommet