AMÉNAGEMENT CADRE DE VIE, CULTURE | MÉTROPOLE
28 mai 2020

Maison natale : "C'était impossible, mais vous êtes en train de le faire"

Malgré la crise sanitaire, les 23 entreprises qui rénovent la maison natale Charles de Gaulle à Lille n'ont jamais cessé le travail. Le chantier avance et sera achevé comme prévu pour le 130ème anniversaire de la naissance du Général, le 22 novembre.

Derrière l'échafaudage qui recouvre actuellement la façade du 9 rue Princesse à Lille, on s'active.

L'ensemble donne encore l'impression d'un vaste chantier, mais en y regardant de plus près, après une phase de diagnostic et un discret travail mené en atelier depuis le début de l'année, la phase de reconstruction a bel et bien commencé.

Les cheminées en marbre, d'époque, ont été restaurées. Les plafonds et les parquets d'origine ont été rénovés et consolidés, pour accueillir les milliers de visiteurs qui se presseront ici dans les années à venir.

Deux étapes importantes sont prévues d'ici l'été avec la pose des fenêtres, dès le 8 juin, et le remontage de l'emblématique véranda du 13 au 15 juin.

En fait le chantier n'a pas repris puisqu'il ne s'est jamais arrêté 

Etienne Poncelet, architecte en chef des Monuments Historiques, supervise cette réhabilitation.

Des techniques d'époque

Évidemment, les masques ont complété les casques, et le fonctionnement des entreprises a été adapté pour respecter les consignes sanitaires. Mais l'objectif n'a jamais dévié.

On se remet dans les traces d'origine au millimètre près, pour que ce soit plus vrai que vrai, insiste Etienne Poncelet, en montrant par exemple le nouvel emplacement du mur de soubassement du jardin d'hiver. Une cheminée, cachée, y a été redécouverte fortuitement.

À l'étage, la cloison de la chambre d'ami vient d'être refaite, sur son plan initial avec un enduit spécifique de plâtre et de terre, comme à l'époque, pour mieux réguler la température de la maison.

Un groupe sur un chantier
À droite, Etienne Poncelet, et à sa gauche, Jean-René Lecerf

Deux cheminées, des placards et plus de 50 papiers peints découverts

Une autre cheminée et des placards ont également été mis au jour dans la lingerie, à côté de la chambre habituellement présentée aux visiteurs comme la chambre natale.

Car il est possible que la vraie chambre natale de Charles en 1890 soit en réalité celle de la grand-mère (Julia Maillot), précise Etienne Poncelet. Un doute demeure cependant sur ce point...

De pièce en pièce, le visiteur redécouvrira donc à partir de la fin d'année, cette maison rendue à son aspect originel, véritable témoignage de l'architecture bourgeoise de la fin du 19ème siècle.

Dans la cuisine, qui n'existait plus dans cette fonction, d'authentiques carreaux de ciment, faits à Maubeuge il y a plus d'un siècle, orneront le sol : ils ont été découverts dans la cave de la maison ! Un témoignage du passé industriel du quartier et du bâtiment qui a longtemps abrité des ateliers textiles.

Sur les murs, une cinquantaine de papiers peints, de différentes époques, ont été retrouvés identifiés, un véritable festival de l'art décoratif, sourit Etienne Poncelet. Certains seront reproduits pour décorer la maison, tandis que les autres seront exposés aux visiteurs, pour leur permettre de mieux appréhender l'histoire du lieu.

Une prouesse technique

La mobilisation des entreprises intervenant sur ce chantier hors-normes a été saluée par Jean-René Lecerf, Président du Département, lors d'une visite sur place, jeudi 28 mai.

C'était impossible, et pourtant vous êtes en train de le faire !

Jean-René Lecerf, Président du Département du Nord

Ces travaux, menés dans une période de difficulté profonde pour notre pays, correspondent bien à l'esprit du Général, poursuit Jean-René Lecerf.

Et si tout va bien, malgré la crise du Covid-19, le calendrier initial sera tenu avec une réouverture le 22 novembre prochain, pour le 130ème anniversaire de la naissance de Charles De Gaulle.

Vous souhaitez participer à la rénovation de la Maison natale Charles de Gaulle ? Une collecte de dons est ouverte pour contribuer au financement de ces travaux d'envergure et retrouver la maison telle qu'elle était à la Belle Epoque. 

Pour aller plus loin