EMPLOI , CULTURE | AVESNOIS
10 septembre 2020

"Tout le monde a le droit à la poésie et à l’écriture"

Médiathèque Antoon Krings de Fourmies, mardi 8 septembre. C’est dans le cadre des Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme que nous avons rejoint un atelier d’écriture poétique adapté aux personnes éloignées de la culture.

Tu es si belle que quand tu marches dans la campagne, les oiseaux tombent des arbres !, déclame Patrick Dubost, alias Armand le poète. Le ton est donné. Aujourd’hui, il s’agira de laisser libre cours à son imagination et de créer de la poésie en jouant avec les mots, l’humour et la langue.

Autour des tables installées dans une salle de la médiathèque de Fourmies, les participantes de l’atelier phosphorent. Il faut dire que cet exercice n'est pas forcément facile pour ces allocataires du RSA, peu habituées à la pratique.

Toutes font cependant déjà partie d’un atelier d’expression, dans le cadre d'un parcours culturel initié par le centre socioculturel de Fourmies et financé par le Département du Nord. Cet atelier leur permet de monter sur scène et de s’exprimer. L’idée, c’est de se confronter au regard des autres et d’apprendre à oser, explique Aurélie Loiseau, co-responsable du service insertion du centre socioculturel. 

Se réconcilier avec la poésie 

Aujourd’hui, les allocataires osent encore puisqu’elles sont invitées à écrire leurs propres textes. Peu importe l’orthographe ou la grammaire, écrivez des choses courtes sans trop réfléchir. C’est du hasard que la magie peut arriver, les rassure l’intervenant.

Les fautes d’orthographe, Armand le poète en a d’ailleurs fait sa marque de fabrique, puisqu’il maltraite volontairement la langue de Molière dans son « Traité d’orthographe & d’éthymologie (a complêté) », un ouvrage de poésie dans lequel il s’affranchit des codes pour proposer une poésie joyeuse, imaginative et libre.

Dominique est la première à se lancer et à dire ce qui lui vient en tête : Je vais et je viens entre tes bras pour ne pas mourir !. La dynamique participante a rejoint l’atelier théâtre il y a 2 ans dans le cadre de son Contrat d’Engagement Réciproque (CER). Nous sommes tous au RSA et quand on se retrouve, on laisse les soucis dehors, c’est important. Et puis ça m’a permis de découvrir la culture, les musées. Tout un univers dans lequel je me sens dans mon élément. 

« Le théâtre a débloqué mes peurs »

Sa voisine Karine est du même avis. Le théâtre a débloqué mes peurs. Depuis que j’ai intégré l’atelier, j’ai pris confiance en moi. La preuve, j’ai passé mon permis à 40 ans et j’ai démarré une formation ! se réjouit-elle.

Cet atelier prouve, s’il le fallait encore, que tout le monde a le droit à la poésie et à l’écriture, même avec des fautes. C’est une première pierre pour les emmener plus loin, complète Christel Duchemann, chargée de développement de la lecture publique à la Médiathèque départementale du Nord. 

Sur le territoire de l’Avesnois, 17% des habitants sont concernés par l’illettrisme, contre 11% pour le Nord. Raccrocher les adultes éloignés de la lecture fait donc partie des missions de la Médiathèque départementale, notamment par des actions ludiques comme celles d’aujourd’hui. Un pari réussi, si l’on en croit la bonne humeur du groupe et les nombreuses perles sorties tout droit de l’imagination des allocataires. 

Crédits photo : Département du Nord - Cédric Arnould

Pour aller plus loin