CULTURE | CAMBRÉSIS
10 mars 2022

Quand les photographies de Thomas Pesquet rencontrent les œuvres du musée Matisse

À quelques jours du démarrage d’"Harmonie des sphères", la nouvelle exposition mettant en relation les photographies de Thomas Pesquet avec des œuvres emblématiques de ses collections, l’équipe du musée départemental Matisse est en effervescence. Reportage dans les coulisses du montage.

Aujourd’hui, nous sommes les seuls visiteurs dans les salles du rez-de-chaussée du musée Matisse, où une grande partie de l'équipe est mobilisée. C’est le début de l’installation d’"Habitacle rouge" de Jean Dewasne. Tandis que certains placent avec précaution la moquette qui recevra l’œuvre, d’autres transportent des cadres, achèvent des éléments de scénographie ou déplacent des caisses dédiées au transport des tableaux.

Dans quelques jours seulement, le musée départemental inaugurera "Harmonie des sphères", sa toute nouvelle exposition.

Nous avons imaginé cette exposition comme un parcours autour de l’art et de la science, où dialoguent des œuvres du musée avec les photographies de Thomas Pesquet, explique Eric Langer, régisseur technique du musée Matisse et concepteur de l’exposition.

  • 1/3
  • 2/3
  • 3/3

C’est la toute première fois que les photographies de Thomas Pesquet dialoguent avec des œuvres d’un musée. Les sphères que l’on retrouve sur les toiles font forcément écho à la terre vue depuis la station spatiale.

Eric Langer, régisseur technique du musée Matisse, concepteur de l’exposition

Et pour ce dialogue qui emmènera le public vers des contrées lointaines, qui de mieux qu’Auguste Herbin, Geneviève Claisse et Jean Dewasne, trois artistes abstraits originaires du Nord dont le musée possède une importante collection ? Tous se connaissaient et ont en commun la géométrie. Et plus spécifiquement le cercle.

Quand la science rencontre la géométrie

Conçue comme le rapprochement de deux visions, à savoir celle de l’artiste qui s’inspire de la science et celle du scientifique qui photographie l’espace, l’exposition présentera 45 œuvres abstraites des emblématiques Herbin, Claisse et Dewasne, dont certaines encore jamais exposées au public, à l’instar d’une série de trois gouaches de Geneviève Claisse.

Parmi ces œuvres, "Habitacle rouge", une magistrale installation de Jean Dewasne, présentée face à 14 sérigraphies hautes en couleur. Nous n’avions pas montré cette installation depuis 2015. Il nous faut quatre journées complètes pour le montage, explique le régisseur.

Passer la vidéo

Revenir avant la vidéo

Toutes entreront en résonance avec 18 vues prises depuis la station spatiale internationale (ISS) au rez-de-chaussée du musée. Puis la visite se poursuivra dans le parc Fénelon attenant, avec seize autres photographies du spationaute préféré des Français.

Pour enrichir ce beau partenariat avec l'Agence spatiale européenne, deux statuettes prêtées par le Forum antique de Bavay et neuf œuvres contemporaines du MusVerre, musée départemental du verre, complèteront les réjouissances. Le Forum des sciences nous a également aidé à rédiger le contenu scientifique, complète Eric Langer.

Tout sera bientôt prêt pour le décollage, le samedi 19 mars à 15h.

"Harmonie des sphères", du 19 mars au 6 novembre au musée départemental Matisse, Palais Fénelon, Place du Commandant Richez au Cateau-Cambrésis. Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h. Tarif : 6 euros, 4 euros. 

Crédits photo : Département du Nord - Cédric Arnould

Pour aller plus loin