CULTURE | AVESNOIS
27 septembre 2022

Marie-France Willot ou la passion du vitrail

La semaine bleue est l'occasion de mettre à l'honneur une retraitée talentueuse qui a redonné vie à la rosace de l'église de son village. Après une longue carrière dans l’agriculture, elle s’est découvert une passion pour le vitrail à 60 ans passés.

Marie-France Willot devait être prédestinée à pratiquer l’art du vitrail. Habitante de Dourlers, petit village de 550 âmes au cœur de l’Avesnois, cette dynamique retraitée de 81 ans a côtoyé le musée départemental du verre tout proche de nombreuses années sans pour autant entamer une pratique artistique.

Agricultrice de métier, elle avait en effet largement de quoi s’occuper sur son exploitation. En plus des bêtes qu’elle élevait au côté de son époux, la Dourlésienne tenait quelques chambres d’hôtes pour les touristes de passage.

J’ai accueilli beaucoup de personnes qui venaient au musée pour des stages. J’entendais beaucoup parler de leurs travaux, ils étaient passionnés, ça donnait envie !

Marie-France Willot

Une retraite artistique

L’idée de travailler à son tour le verre commence à germer, il y a presque 20 ans désormais. Marie-France Willot répond alors à une annonce pour un stage d’art du vitrail dans la Vienne. On était en novembre, j’avais envie de me changer les idées après la saison. Elle part pour la semaine, et pour conserver ses acquis, elle investit dans quelques outils basiques : un ciseau trois lames, un coupe-verre et une pince à gruger.

Une fois qu’on a une motivation, un fil se tisse et les choses s’arrangent pour que le projet arrive.

Marie-France Willot

Suivront trois autres stages à Chartres, au Centre international du vitrail, pour se perfectionner d’abord sur la découpe et l’assemblage, puis sur la "grisaille" et enfin sur les émaux.

Au MusVerre, dans la commune voisine de Sars-Poteries, Marie-France Willot s’éloignera du vitrail pour aborder le verre sous un autre angle : les artistes Perrin & Perrin lui apprennent le thermoformage et le fusing, une technique d’assemblage du verre par fusion. Elle investit alors dans un four, ce qui lui permet de varier ses pratiques.

Engagée pour la chapelle de Dourlers

Si les trois quarts de ses créations sont de "l’amusement", la vitrailliste est tout de même reconnue localement pour son travail étonnant. Freddy Thery, le maire du village, a tout naturellement pensé à elle lorsqu’il a souhaité remplacer la rosace délabrée de l'église de Dourlers. 

J’ai longtemps réfléchi avant d’accepter, je ne me trouvais pas assez forte pour un tel ouvrage. C’est grâce aux conseils de son maître de stage à Chartres qu’elle a trouvé la bonne méthode.

L’ancienne rosace, aux motifs en losanges propres au courant cistercien, est remplacée par une rosace du même type mais complétée d'un oiseau tenant un rameau d’olivier. 

Désormais, c’est à la commune et à l’association de prendre le relais. L’emplacement de la rosace doit être rouvert pour y placer l’œuvre de Marie-France Willot. Nul doute que tous les Dourlésiens lui seront longtemps reconnaissants d’avoir rendu toute sa superbe à leur chapelle !

Envie de faire un stage au MusVerre ?

Tout au long de l'année, l’atelier départemental du verre propose des stages de formation ou de perfectionnement. Animés par des artistes expérimentés, les stages offrent des conditions idéales pour s’initier ou se perfectionner aux techniques du verre. Pour les renseignements et les inscriptions, contactez le MusVerre.

Crédits photo : Département du Nord, Ph. Houzé

Pour aller plus loin