EMPLOI | MÉTROPOLE
24 février 2022

"Les allocataires sont agréablement surpris par notre accompagnement vers l'emploi"

Chaque jour, dans les sept Maisons départementales insertion et emploi, ils accompagnent, motivent et trouvent des solutions. Eux, ce sont les coachs emploi du Département, entièrement dédiés aux allocataires du RSA. Nous avons interviewé l’un deux, Mehdi Abderrahmani, coach à Roubaix.

Comment l’allocataire peut-il bénéficier du coaching départemental ?

Mehdi Abderrahmani : Dès qu’il fait sa demande de RSA, l’allocataire est rapidement invité à un entretien assuré par nos collègues chargés d’orientation dans la Maison départementale insertion et emploi la plus proche de son domicile. Ensemble, ils font un diagnostic de sa situation, qui donne lieu à une orientation vers l’accompagnement le plus adapté. S’il est prêt à reprendre une activité sans présenter de difficultés sociales à résoudre de façon prioritaire, il entame un coaching. 

Quelles sont les particularités de l’accompagnement que vous proposez ? 

M.A. : Il est intensif et personnalisé, pour maximiser les chances de retour à l’emploi. Chaque coach gère un portefeuille de 35 allocataires, ce qui nous permet des échanges de qualité et un suivi véritablement individualisé. 

Par quoi commence l’accompagnement ?

M.A. : Lors de notre première rencontre, je laisse l’allocataire m’expliquer les grandes lignes de son parcours. C’est une relation basée sur l’écoute, je laisse la parole et j’écoute ses souhaits et ses projets s’il en a. Très vite, nous commençons à poser une stratégie. À l’issue de ce premier entretien, nous signons un Contrat d’engagements réciproques, qui met noir sur blanc les droits et les devoirs de chacun et officialise l’accompagnement. 

À quelle fréquence ont lieu les rencontres ?

M.A. : Nous nous adaptons totalement à la personne en face de nous. Cet accompagnement ayant une durée maximale de trois mois, nous pouvons nous rencontrer chaque semaine. Mais c’est au cas par cas, il est parfois utile de se voir de façon plus rapprochée. L’idée, c’est d’être toujours joignable, par mail comme par téléphone. 

Et de façon concrète, comment se passent les séances ?

M.A. : La question du CV est fondamentale. Nous accompagnons les allocataires dans leur inscription sur le site Nordemploi et dans la création de leur CV numérique. Via ce site, ils peuvent alors postuler à des offres près de chez eux. Pour certains, nous passons du temps à envoyer des candidatures, pour d’autres, nous faisons de recherches de formations. Certains ont besoin de se préparer pour les entretiens et nous les guidons. Là encore, tout est personnalisé.

Outre Nordemploi, quels sont les outils à votre disposition ? 

M.A. : Nous avons en notre possession une sorte de boite à outils utile au coaching. Au niveau départemental, nous pouvons faire appel à une aide à la reprise d’activité qui permet de financer la garde d’enfants, la mobilité ou le matériel professionnel. Nous pouvons également solliciter une aide à l’issue de la formation de l’allocataire. Nous avons aussi accès aux offres d’emploi récoltées par nos collègues des plateformes départementales de l’emploi.

Nous connaissons également les offres des partenaires du Département. Fruit d'un appel à projets, elles nous permettent d'améliorer la qualité de coaching. Elles se traduisent par des ateliers de confiance en soi, l’inscription au permis à moindre prix, ou la formation aux rudiments d’Internet. Notre volonté est vraiment d’être les meilleurs guides possibles. 

Quels retours vous font les allocataires coachés ? 

M.A. : Ils ne sont pas habitués à ce type d’accompagnement et sont agréablement surpris. Les allocataires nous disent souvent qu’ils étaient à mille lieux d’imaginer que nous pouvions leur offrir tout cela. Et comme nous avons les moyens et le temps d’être à leurs côté, les résultats sont là. Et c’est la plus belle des récompenses, pour eux comme pour nous. 

Crédits photo : Département du Nord - Philippe Houzé

Pour aller plus loin