JEUNESSE ÉDUCATION | VALENCIENNOIS
9 novembre 2022

Au collège de Lourches, la céramique pour prévenir le harcèlement

Depuis 2014, Christine Hautrive, secrétaire de direction au collège Voltaire de Lourches, anime, au sein de l’établissement, un atelier céramique lors des pauses méridiennes. Cette année, elle a souhaité faire réfléchir ses élèves sur le harcèlement sous toutes ses formes.

Tous les lundis et mardis depuis la rentrée, des collégiens, accompagnés de quelques adultes du CAPEP (Comité d’action pour une éducation permanente), s’adonnent à une activité manuelle bien particulière : la céramique. Si pour certains, les gestes sont familiers, pour d’autres, c’est une découverte. Il faut dire que chaque année, de nouveaux élèves intègrent le groupe dirigé par Christine Hautrive, diplômée des métiers d’art, qui a souhaité partager et transmettre sa passion.

L’animatrice donne ses consignes avec bienveillance tout en échangeant avec son jeune – et moins jeune – public sur le thème choisi. Cette année, il s’agit du harcèlement. Oui à l’Art scellement, mais non au harcèlement, précise-t-elle. Pour matérialiser cette réflexion, ils ont imaginé ensemble deux totems – des constructions en fer forgé de 70 à 80 centimètres de haut – sur lesquelles viennent s’empiler différents éléments renvoyant à la problématique du sujet. C’est la mécanique du collier de perles, avec des objets en céramique qu’on va venir enfiler sur une grande tige, explique Christine Hautrive. Des objets porteurs de messages autour du harcèlement, venant tantôt dénoncer les mauvais comportements, tantôt souligner les bons.

En attendant la chanteuse Angèle ?

Lors de notre visite, le petit groupe, une dizaine de collégiens, plus quatre adultes en réinsertion sociale, avait pour mission, au cours de cette séance d’une heure seulement, de réaliser des téléphones portables à partir d’une petite plaque d’argile distribuée à chacun. A travers ces téléphones qu’on est en train de faire, on vient dénoncer les mauvais comportements. Avec un portable, on peut, à cause de messages postés sur les réseaux sociaux, blesser et faire du mal, raconte Kelya, élève de 3e, fidèle à cet atelier depuis son entrée au collège. Toi le portable, si c’est pour abimer, reste éteint, poursuit leur responsable de manière pédagogique.

Tous ces téléphones sur lesquels on va venir décrire des abus, seront enfermés dans une boîte qui rejoindra le totem qui dénonce, ajoute-t-elle. Les deux totems, sur lesquels on retrouvera un certain nombre d’objets en céramique habillés de phrases clés choisies par les jeunes pour combattre le harcèlement, insiste Christine Hautrive, devront être terminés courant février, pour être présentés au concours sur le harcèlement lancé cette année par le ministère de l’Éducation nationale.

L’an dernier, le collège avait été lauréat du concours Nous Autres organisé par la MGEN (Mutuelle générale de l'Éducation nationale) et la fondation Lilian-Thuram, autour du racisme et des discriminations. Le footballeur champion du monde, à l’invitation des élèves, s’était même déplacé, afin de les féliciter pour leur travail. Cette année, Olivia, également en troisième, qui a rejoint l’atelier céramique cette année, a écrit une lettre à la chanteuse belge Angèle, connue pour sa chanson engagée Balance ton quoi, dénonçant le harcèlement de rue. J’adore ce qu’elle fait, et j’aimerais bien qu’elle vienne voir notre travail sur ce thème qui lui est cher, s’enthousiasme l’adolescente. Affaire à suivre…

Principales distinctions reçues par l’atelier céramique

  • en 2015, labellisation du projet réalisé sur la Petite Curie dans le cadre de la célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale
  • en 2016, premier prix, et en 2021, troisième prix au concours de l'Éducation citoyenne
  • en 2017, premier prix au concours national de la Résistance et la déportation
  • en 2018, coup de cœur du jury du prix Éveil (sur le devoir de mémoire)
  • en 2019, meilleur projet de l’académie de Lille au concours Clémenceau (sur l’engagement quotidien des forces de l’ordre au service de la population)
  • en 2022, lauréat du concours Nous Autres contre le racisme et les discriminations

Crédits photo : Dominique Lampla

Pour aller plus loin