TOUS | TOUT LE DÉPARTEMENT
4 novembre 2020

L’autre pandémie

Jean-René Lecerf, président du Département, rappelle dans son éditorial du mois de novembre combien l'obscurantisme et l'ignorance doivent être combattus avec la plus grande fermeté, et appelle à la tolérance et au respect au sein de notre société.

Un professeur d’histoire décapité pour avoir, dans le cadre de l’instruction civique, montré deux caricatures de Mahomet pour illustrer la défense de la liberté d’expression, pilier de nos valeurs républicaines. Ce drame fait honte à notre pays comme la nuit de la Saint-Barthélémy, après plus de quatre siècles, salit encore notre passé. Il me hante à la fois comme ancien enseignant attaché à développer chez nos jeunes connaissance, esprit civique et sens du débat, mais aussi comme Président de notre Département qui compte plus de 280 collèges sur des territoires parfois bien plus fragiles encore que Conflans-Sainte-Honorine.

La responsabilité des politiques aujourd’hui n’est-elle pas de se garder de tout angélisme comme de tout amalgame et de proposer enfin des remèdes efficaces à ces dérives mortifères ?

Ceux qui professent ou encouragent le terrorisme islamiste ne peuvent plus être tolérés. Étrangers, ils doivent être expulsés dans les plus brefs délais. De nationalité française, et c’est l’hypothèse la plus fréquente, il faudra bien mieux les surveiller, les contrôler, les mettre hors d’état de nuire.

En revanche, l’immense majorité de nos compatriotes musulmans ne demandent rien d’autre que de pratiquer dignement leur religion dans le respect des principes républicains. Ils ne doivent pas être aujourd’hui d’autres innocentes victimes de la barbarie.

De même, j’ai été scandalisé d’entendre un polémiste, accueilli avec gourmandise par nombre de médias avides d’audimat, tenir des propos nauséabonds sur les mineurs isolés étrangers qui seraient tous des voleurs et des violeurs. Une image terrible m’est alors revenue en mémoire, celle de ce tout jeune enfant retrouvé sans vie sur une plage de notre littoral après le naufrage de l’un de ces bateaux-cercueils où l’on risque la mort pour échapper à la misère. Et je n’oublie pas les Mineurs Non Accompagnés que le Nord accueille dans le cadre de l’Aide Sociale à l’Enfance et qui aspirent simplement, à de très rares exceptions près, à apprendre et à travailler.

Souvent j’ai assisté à la Maison de l’Avocat de Lille, à des rencontres où évêque, pasteur, imam et rabbin venaient échanger sur la place de la religion dans notre société. Leur langage n’était qu’amour, tolérance et respect. Cela m’avait conduit, lorsque j’étais sénateur, à demander l’enseignement du fait religieux comme des sociétés de pensée à l’école publique. Lorsque chacun aura compris combien les grandes religions monothéistes puisent aux mêmes racines, il deviendra beaucoup plus difficile de rallumer des guerres de religion d’un autre âge.

Notre principal adversaire demeure l’ignorance et c’est justement contre elle que luttait le professeur Samuel PATY.

Jean-René LECERF, Président du Département du Nord

PS : l’encre de cet éditorial était à peine sèche que la folie meurtrière frappait à nouveau au sein même de la basilique Notre Dame de Nice faisant trois innocentes victimes parmi les chrétiens. Aux indispensables ripostes immédiates sécuritaires et répressives devront s’ajouter très vite des mesures éducatives fortes, au besoin sous la contrainte.

Pour aller plus loin