SPORT | TOUT LE DÉPARTEMENT
4 février 2022

Florian Sénéchal : "J’ai mis toutes les chances de mon côté"

Paris-Roubaix est de retour dans un peu plus de deux mois. Après une édition 2021 dantesque, Florian Sénéchal a toujours à cœur de briller sur l'Enfer du Nord dont il connaît par coeur les secteurs pavés.

Nous l’avions rencontré en octobre dernier, avant l'édition automnale de Paris-Roubaix 2021. Florian Sénéchal nous avait fait part de ses ambitions à l’aube d’une course semée d’embuches que le Cambrésien n'avait finalement pas pu terminer.

Il nous confie ses attentes pour cette 119ème « Reine des classiques » dont il prendra une nouvelle fois le départ le 17 avril prochain.

Pour vous, en quoi cette course est-elle si particulière ?

F.S : Paris-Roubaix, il faut le vivre pour comprendre. Si on joue de malchance, c'est vraiment l'enfer. C'est une course très piégeuse, c'est très étroit. Il faut être bien placé sur son vélo, bien manœuvrer, rouler bien droit sur les pavés. Il ne faut pas s'affoler, sinon c'est la chute assurée ! Avoir une équipe bien solide autour de soi, ça joue énormément. En tant que Nordiste, j'apprécie particulièrement cette course. Les supporters répondent toujours présents, ça fait chaud au cœur, ça me donne encore plus envie de bien faire.  

Dans quel état d’esprit abordez-vous cette nouvelle édition de Paris-Roubaix ?

F.S. : En 2021, nous avions voulu tenter quelque chose et ça n’a malheureusement pas marché. Cette année, j’ai pu essayer le matériel dès la mi-janvier pour être plus à l’aise et éviter les incidents de l'an passé. Au niveau physique, la fin de l’hiver et le début d’année 2022 m’ont permis de bien me préparer. Avec de l'avance sur le matériel et un bon entrainement, en somme, j’ai mis toutes les chances de mon côté.

Illustration
 Yves Lampaert, premier coureur Quick-Step sur une édition 2021 particulièrement éprouvante.

Vous faites partie de l’équipe « favorite » sur les flandriennes, c’est une source de motivation ?

F.S. : Forcément ça motive. La Quick-Step a fait une belle saison 2021 avec des coureurs comme Julian Alaphilippe (double champion du monde en titre) ou Kasper Asgreen (dernier vainqueur du Tour des Flandres). Les jeunes aussi nous poussent, à l’image de Remco Evenepoel et sa manière différente de courir. Cette ambiance de compétition interne fait ressortir le meilleur de chacun d’entre nous. C'est une compétition qui reste évidemment saine et quand l'un de nous performe on se remercie tous pour ça !

Peut-on vous imaginer lever les bras sur le vélodrome ?

F.S. : Pour le moment et au vu de ma préparation, je pourrai faire ma course comme je l’entends et me focaliser dessus. L’objectif reste le même que l’année dernière. 

Florian Sénéchal en 5 dates clefs

10 juillet 1993 : Naissance à Cambrai.
2011 : Victoire sur le Paris-Roubaix junior.
2015 :  1er Français et 17ème au Paris-Roubaix avec l'équipe Cofidis
2019 : 6ème au Paris-Roubaix avec l'équipe Deceuninck-Quick Step
2021 : 1ère victoire dans un grand tour, il gagne la 13ème étape du Tour d'Espagne.

Crédits photo : Ph.Houzé - Département du Nord

Pour aller plus loin