HANDICAP | TOUT LE DÉPARTEMENT
14 mars 2022

EPPUR lève les freins aux handicaps

Convaincus de la nécessité de doter les fauteuils roulants manuels de freins efficaces, Colin Gallois et Lancelot Durand ont créé leur société EPPUR. Nichés au cœur de B'twin village à Lille, leur invention, Dreeft, fait son bonhomme de chemin pour permettre une meilleure mobilité aux personnes handicapées.

Pourquoi personne n'y a pensé avant ? L'idée paraît tellement évidente. Et pourtant, avant Colin et Lancelot, personne ne s'était penché sur la question. Comment les utilisateurs de fauteuils roulants manuels gèrent-ils les freinages ? Jusqu'à maintenant, en se brûlant les doigts. Surtout lorsque le terrain est en pente ou qu'il pleut. 

Une absurdité qui a sauté aux yeux des deux designers dans le développement de produits industriels dès les bancs de leur école supérieure. Nous étions à la sortie de l'Université de Technologie de Compiègne (UTC). Colin a remarqué une personne en fauteuil roulant qui avait du mal à gérer le freinage. La rue était en pente, raconte Lancelot Durand, gérant de la société EPPUR. Il a d'abord questionné la personne, pour en savoir plus sur ses difficultés, puis il est allé s'adresser à l'un de nos professeurs, pour comprendre le problème mécanique de la pose de freins sur un fauteuil roulant.

Pourquoi le nom EPPUR ?

Ce nom vient de Galilée, le physicien italien qui a clamé que la Terre tournait autour du soleil en 1633, E pur si muove ! Et pourtant, elle tourne ! Un nom également tout trouvé pour une équipe de designers qui aime tout ce qui est épuré, sans fioriture. 

Les fauteuils roulants manuels sont équipés de freins qui permettent de bloquer les roues. Mais pas de freiner. On s'est dit qu'il y avait un truc évident à travailler. Durant leur stage à Décathlon, les deux amis réfléchissent toujours à la problématique. Soirs et week-ends, ils se penchent sur la question. Sans avoir aucune connaissance particulière en médecine ou ergothérapie. Seulement convaincus que la solution peut être dans le design, leur domaine.

Colin a remarqué que les vélos hollandais étaient équipés de système de rétropédalage qui enclenche un système de freinage dans la roue, avance Lancelot Durand. Sur la base de ce constat, ils créent un premier prototype de roue de fauteuil. L'essai est concluant, mais insuffisant : la roue ne permet pas à l'utilisateur de reculer.

Nous avons tout de même remporté deux concours. Puis entre 2016 et 2021, nous en avons enchaîné d'autres. Tout l'argent nous a permis d'investir de nouveau dans ce projet. Ils pensent à ajouter des blocs supplémentaires permettant à la fois le freinage et la marche arrière. 

La naissance de Dreeft

En 2017, le brevet de leur roue Dreeft est déposé et ils remportent le concours Innovation Handicap de la Société de médecine physique et de Réadaptation. Un vrai coup d'accélérateur qui les conforte dans leur idée. Nous n'y connaissions rien au handicap. Mais le fait que notre prototype soit validé par des médecins et des ergothérapeutes nous a vraiment propulsés. Fin janvier, la start-up a également pu présenter son savoir-faire à Eurasanté en présence de Frédérique Seels, Vice-présidente en charge de l'autonomie des séniors.

En 5 ans, parallèlement à leurs emplois, ils y croient et continuent leur développement. Boostés aussi par les retours des personnes en situation de handicap qui ont pu tester le projet. Au bout d'un moment, nous avons pu développer un produit entièrement fait maison, avec des pièces sur-mesure. Un troisième associé, Matthias Portellano rejoint l'aventure.

Dreeft permet de préserver les membres supérieurs sans avoir à passer au fauteuil électrique, ce qui est important pour les personnes qui ont l'usage de ces parties de leur corps

Lancelot Durand, gérant de la société EPPUR

Depuis, ils ont créé leur entreprise, puis leur marque. En cherchant toujours à avoir le retour d'un maximum d'utilisateurs pour perfectionner leur invention. On se force à ne jamais se reposer sur nos propres interprétations. Il est essentiel de rester humbles pour ne pas imposer un produit qui ne conviendrait pas.

Avoir de l'empathie pour comprendre les difficultés de chacun, se mettre à la place des gens afin de résoudre les problématiques, c'est ce qu'on apprend en école de design. Et la leçon est bien apprise et parfaitement appliquée.

À quand les roues Dreeft sur le marché ?

EPPUR est dans sa dernière ligne droite avant la commercialisation officielle. Plus que quelques certifications à obtenir, pour s'assurer du bon respect des normes européennes et françaises et Dreeft pourra équiper tous les fauteuils manuels. Les préventes sont déjà lancées pour une livraison des premiers clients et des magasins de dispositifs médicaux en septembre. L'équipe d'EPPUR se penche aussi sur le remboursement possible ou la prise en charge de l'achat du matériel pour lever tous les freins, y compris financiers, à une bonne mobilité.

Crédits photo : Cédric Arnould / Département du Nord

Pour aller plus loin