CULTURE | TOUT LE DÉPARTEMENT
7 avril 2020

Charles de Gaulle de 1890 à 1912 : l’enfance d’un chef, chapitre 2

Dans le cadre de l’exposition itinérante conçue par la Maison natale Charles de Gaulle, partons à la découverte de l’enfance de cet illustre personnage nordiste. Nous nous penchons aujourd’hui sur l’histoire de la maison natale du 9 rue Princesse.

Labellisée "Année mémorielle 2020", l’exposition itinérante "L’enfance d’un chef, Charles de Gaulle de 1890 à 1912" revient sur les grandes étapes de sa jeunesse. Ce label, attribué par le Ministère des armées, vient célébrer la triple commémoration du général De Gaulle : sa naissance en 1890, l’appel du 18 juin en 1940 et sa mort en 1970.

Jules Émile et Julia Maillot (Bonne Maman), les grands-parents maternels de Charles, s’installent au 9 rue Princesse à Lille en 1869. 

La maison se divise alors en deux parties : le logis où vivent le couple et ses 5 enfants et le bâtiment où le chef de famille aménage une annexe de sa fabrique de textile et des magasins destinés à vendre les produits finis. Lorsqu’il cessera ses activités, dans les années 1880, il réhabilitera ses anciens magasins en logement pour sa fille Noémie de Corbie et son époux. 

Retrouvailles en famille

Dans cette maison, les retrouvailles des familles de Gaulle, de Corbie et Maillot sont toujours des moments attendus de tous, et notamment des petits-enfants de Bonne Maman dont le nombre ne cessera de croitre jusqu’en 1906 : 18 au total. 

Charles de Gaulle et ses cousins dans la cour de la maison.
 Retrouvailles entre les cousins de Gaulle, de Corbie et Maillot au 9 rue Princesse, vers 1900-1901

Les cousins et les cousines établissent leurs quartiers dans le jardin d’hiver ainsi que dans le "Hurloir à enfants", une salle de jeux au fond de l’ancienne fabrique de tulle. 

Cette pièce marquera le jeune Charles puisque lorsqu’il deviendra grand-père à son tour, il fera de même dans sa maison de la Boisserie à Colombey-les-deux-Églises. Diabolo, cheval jupon, jeux de fléchettes, football et batailles de soldats de plombs sont au nombre de leurs distractions favorites. 

Dessin montrant Charles de Gaulle jouant avec ses cousins dans la cour
 Charles et ses cousins jouant dans la cour du 9 rue Princesse – dessin de Roland Cuvelier 

À la mort de Bonne Maman en 1912, le logis sera seulement occupé par Noémie et Gustave de Corbie. Quand il perdra son épouse en 1939, ce dernier repartira à Wismes, son village natal du Pas-de-Calais. 

De la maison de famille au musée

À partir de 1943, la maison sera occupée par Élisabeth Wouters, une ressortissante belge qui en fera l’acquisition en 1947. La demeure ouvrira ses portes au public dès 1983. Elle deviendra ensuite la propriété de la Fondation Charles de Gaulle. 

Vue de la maison natale.
La Maison natale vue depuis la cour intérieure ©MNCDG/CD59

Après d’importants travaux de modernisation menés entre 2004 et 2005, le 9 rue Princesse se transformera en véritable espace culturel et patrimonial. Depuis 2014, c’est le Département du Nord qui en assure toute la gestion et la programmation culturelle. 

De Gaulle surveille son royaume...

Avec l’âge, c’est toujours l’enfance qui prédomine et si je pouvais être moi-même, ce serait probablement rue Princesse où je suis né , disait Charles de Gaulle. 

Il semblait avoir l’intention d’acheter la maison de son enfance puisqu’en 1964, alors Président de la République, il ordonne une enquête officieuse des Renseignements Généraux sur le lieu et ses occupants, dans laquelle un long développement est consacré aux intentions de la propriétaire sur le devenir de la maison…

Passer la vidéo

Revenir avant la vidéo

Crédits photo : mncdg - cd59

Pour aller plus loin