CULTURE | CAMBRÉSIS
18 octobre 2021

Un jour, une œuvre : les robes rêves de Dorothée Ossart "À la dérobée"

Dans le cadre de l’exposition "À la dérobée", l’artiste Dorothée Ossart présente une série de vingt robes exclusives, inspirées de la vie et de l'œuvre d'Henri Matisse. Ces pièces uniques sont à découvrir jusqu'au 26 octobre au musée du Cateau-Cambrésis.

Dorothée Ossart a découvert et étudié en profondeur l’œuvre et la vie d’Henri Matisse à partir de 2016. Des similitudes avec sa propre démarche artistique résonnent alors profondément en elle et la bouleversent : l’expressivité des couleurs et des motifs, présentes chez Matisse, le sont également dans ses robes trapèze. Elle prend alors conscience que sa posture relève en réalité de celle de l’artiste. Depuis tant d’années, la robe trapèze sur son mannequin n’était autre que sa toile sur un chevalet.

Dès lors, Dorothée Ossart décide de peindre directement sur le tissu à l’acrylique, de créer des imprimés de robe sur tablette et de leur donner vie grâce à l’impression numérique. La robe n’est donc plus un vêtement porté mais une œuvre d’art.

Peindre sur toile et dessiner occupent aussi une grande partie de son travail. La situation sanitaire et le premier confinement l’ont amenée à remplir son carnet de croquis de paysages : elle y utilise avec enthousiasme des techniques mixtes et exprime son amour de la nature. La série Germination exprime cet attachement au motif végétal et floral, avec des formes et des couleurs inspirées des créations graphiques de Matisse.

Originaire d’un village de l’Aisne, Dorothée Ossart passe une enfance joyeuse à la campagne où elle entreprend toutes sortes d’expérimentations créatives : dessins, peintures, broderies, objets fabriqués, vêtements transformés... Sa mère et sa grand-mère lui transmettent par ailleurs le goût du vêtement et des tissus à motifs. Dorothée Ossart intègre ensuite l’école ESMOD International de Roubaix, puis Paris, et décroche son diplôme de styliste - modéliste. Encouragée par le couturier Jean-Charles de Castelbajac, elle lance sa marque de prêt-à-porter éponyme.

L’exposition À la dérobée est à découvrir au Musée Matisse jusqu’au 26 octobre.

Crédits photo : Dorothée Ossart

Pour aller plus loin