CULTURE, DÉCOUVRIR LE NORD | CAMBRÉSIS
8 juin 2022

Un jour, une œuvre : les jardins de l'abbaye de Vaucelles

L’abbaye départementale de Vaucelles jouit d’un cadre idyllique. Loin de la circulation routière, proche de l’Escaut et entouré de champs à perte de vue, le site, classé au titre des Monuments historiques possède également de magnifiques jardins.

Si ses bâtiments du 12e au 18e siècle inspirent le respect, les jardins monastiques reconstitués livrent un grand moment de sérénité. Déjà au Moyen Âge, les moines en charge des malades venus frapper à la porterie prescrivaient une promenade dans le jardin comme médication.

Le jardin des moines était constitué de quatre jardins différents : le fruitier et le potager permettaient de nourrir la communauté et les pauvres ; la roseraie offrait de quoi fleurir l’abbatiale et rendre hommage à la Sainte Vierge ; le jardin des simples fournissait l’infirmerie en plantes médicinales, en herbes tinctoriales et abortives. 

Une véritable gestion des jardins était nécessaire afin de concilier la concoction des repas frais et les conserves de garde. On transformait automatiquement les fruits en confitures et pâtes de fruit. Tout légume devenait légume de garde pour assurer les repas de l’hiver.

Les vignes assuraient le vin de table très peu alcoolisé par rapport à celui d’aujourd’hui et les moines brassaient la bière lorsque les tonneaux de vin étaient vidés. Ces jardins permettaient de vivre en totale autarcie.

Les potions abortives permettaient de faire avorter le troupeau de brebis afin de se fournir en peaux fines pour la fabrication du parchemin. Les plantes tinctoriales assuraient la teinture des scapulaires, sortes de grands tabliers que les moines portaient au-dessus de leur tunique de travail. Les céréales cultivées aux alentours assuraient le pain, les bouillies et les viviers, le poisson.

Les jardins monastiques actuels ne sont plus tenus par toutes ces préoccupations, mais ils agissent encore aujourd’hui, comme sur les moines hier, comme un médicament. Étendus sur une superficie d’un hectare, ces jardins sont constitués d’une centaine d’arbres fruitiers, d’une centaine de rosiers et de plusieurs milliers de plantes et fleurs différentes.

Parc et jardins de l’abbaye sont entretenus par trois courageux jardiniers. D’espace méditatif et de lieu de prière hier, le jardin est devenu un lieu de promenade et de ressourcement, un endroit d’émerveillement de chaque instant.

  • 1/4
  • 2/4
  • 3/4
  • 4/4

Crédits photo : Département du Nord, Ph. Houzé, C. Arnould

Pour aller plus loin