CULTURE | MÉTROPOLE
30 novembre 2020

"Un jour, une œuvre" : le confinement merveilleux d'Isaac Newton

Notre série "Un jour, une œuvre" vous propose aujourd'hui de découvrir une œuvre exposée au Forum des Sciences. Elle illustre un fait marquant dans l’histoire de la science à travers le parcours singulier d’Isaac Newton.

En 1665, Isaac Newton a 22 ans et étudie à l’Université de Cambridge. C’est l’année de la grande épidémie de peste qui ravage l’Angleterre. Tous les étudiants sont renvoyés dans leurs foyers. Newton regagne sa ferme natale, dans le hameau de Woolsthorpe. Il va y passer un an de retraite forcée qu’il qualifiera lui-même d’année merveilleuse, "annus mirabilis".

À l’époque, pas de télétravail. Loin des vaines agitations, Newton peut se concentrer sur ses rêveries, expérimentations et conceptualisations scientifiques. Il s’apprête à faire vivre à la science un moment extraordinaire et à produire des œuvres de l’esprit inspirant la physique aujourd’hui encore.

C’est cette année-là, explique Newton, qu’il a eu entre autres l’idée de la gravitation universelle, idée fondatrice qu’il développera pour publier sa théorie des années plus tard dans les Principia. Il raconte lui-même qu'il prenait le temps de rêver, certains soirs, sous un pommier. C’est là que, voyant au clair de lune une pomme tomber de l’arbre, il se serait demandé comment la Lune pouvait rester là-haut sans tomber elle aussi sur Terre, ce qu’illustre cette œuvre présentée au Forum des Sciences.

Newton raconte qu’il a eu l’idée de considérer que la Lune tombe bel et bien, selon les mêmes lois que la pomme mais son mouvement d’inertie la pousse dans le même temps à continuer tout droit dans le vide. La trajectoire de la Lune autour de la Terre est une chute permanente qui jamais ne se terminera par un contact. Elle est en orbite.

Malgré toutes les situations dramatiques qu’il engendre, le confinement que nous vivons de nos jours ne serait-il pas l’occasion de faire émerger des idées neuves, des œuvres inédites de l’esprit ?

Crédits photo : Forum des Sciences

Pour aller plus loin