CULTURE | MÉTROPOLE
10 février 2020

Sur les pas du jeune Charles de Gaulle

De 1890 à 1912, ce jeune Nordiste né à Lille se construit le destin qu'on lui connaît. Un parcours hors-norme que la Maison natale Charles de Gaulle vous propose de découvrir dans une exposition passionnante aux Archives départementales.

Au 9 rue Princesse à Lille, la Maison natale Charles de Gaulle est actuellement en travaux. Or cette demeure bourgeoise est le creuset dans lequel le destin de De Gaulle s'est forgé, une clé fondamentale pour comprendre le personnage.

En attendant sa réouverture en novembre prochain, l'histoire que ses murs racontent vous est présentée sous forme d'une exposition itinérante dont nous vous dévoilons quelques secrets.

Dans l'intimité d'une famille nordiste

Jules Émile et Julia Maillot, grand-parents maternels de De Gaulle, s'installent au 9 rue Princesse à Lille en 1869. Dans la maison-même où le petit Charles verra le jour en 1890... Jules Émile décède deux mois après la naissance de son petit-fils mais son épouse connaîtra bien ses 18 petits-enfants. Ceux de sa fille Jeanne, mariée à Henri de Gaulle, habitent Paris mais rendent très régulièrement visite à "Bonne Maman".

Les retrouvailles familiales à Lille sont toujours des instants choyés et attendus, d'autant plus par les enfants de Gaulle qui n'ont pas de cousins du coté de leur père. Charles garde un souvenir particulièrement fort de la salle de jeux de sa maison natale, à tel point qu'il recréera une pièce identique dans sa maison de la Boisserie, à Colombey-les deux-Églises, une fois devenu grand-père. Ce qui lui fera dire :

Avec l'âge, c'est toujours l'enfance qui prédomine et si je pouvais être moi-même, ce serait probablement rue Princesse, là où je suis né.

Charles de Gaulle

Et s'il fallait une preuve de cet attachement, ce pourrait être l'un des documents inédits présenté dans l'exposition :  Il s'agit d'un rapport de police commandé par le Président de Gaulle aux Renseignements généraux en 1964, dans lequel il s'inquiète de la valeur financière de sa maison natale mais aussi de la moralité des occupants de l'époque  explique Thomas Deschamps, commissaire de l'exposition. Savoir qu'à la fin de sa vie, cette maison lui hantait encore l'esprit est très révélateur et assez touchant.

Grandir à la Belle Époque : un contexte déterminant

Le jeune Charles sera aussi très marqué par son père, autoritaire mais aimant. Un père qui ne "digèrera" jamais la défaite de 1870 contre la Prusse et qui incitera ses enfants à se forger un caractère à la hauteur des événements et des enjeux géopolitiques.

Charles de Gaulle grandit à Paris, à une époque très particulière marquée par de nombreux bouleversements : conquêtes coloniales, apparition des classes moyennes et ouvrières, progrès scientifiques et techniques, etc.. C'est d'ailleurs à cette période charnière qu'arrivent dans la maison de Bonne Maman l'eau courante, l'électricité ou encore les toilettes. 

Une période charnière qui porte en elle les défis futurs que Charles de Gaulle devra relever : la décolonisation, le rayonnement culturel de la France ou encore le nucléaire et l'indépendance énergétique.

L'exposition est présentée aux Archives départementales du Nord, à Lille, du mardi au jeudi de 9h à 17h et le vendredi de 9h à 16h, jusqu'au 6 mars.

Pour l'occasion, le visiteur pourra aussi voir des objets personnels de de Gaulle (robe de baptème, sabre), et des documents inédits tels que l'acte de naissance dans son registre.

Si vous souhaitez emprunter les panneaux de l’exposition, contactez l’équipe de la Maison natale au +33 (0)3 59 73 00 30 ou maisondegaulle@lenord.fr.

Crédits photo : © collection privée / MNCDG

Pour aller plus loin