JEUNESSE ÉDUCATION , ENVIRONNEMENT | CAMBRÉSIS
8 mai 2020

Pause nature à Vaucelles pour plusieurs jeunes de l'aide sociale à l'enfance

Plusieurs fratries des villages d'enfants SOS de Neuville-Saint-Rémy et Marly ont profité d'une balade animée dans les parcs et jardins de l'abbaye de Vaucelles. Une vraie bouffée d'oxygène, au cœur d'une nature apaisante.

Sous le soleil matinal, à l'ombre des charmes, Luce, Laurie, Corentin, Aline et Amélie, écoutent attentivement.

Nous allons faire des jeux et observer la nature, commente Thierry Tancrez, chargé de mission éducation à l'environnement au Département du Nord. Et en plus il y aura des surprises !  Qui veut faire la chouette ? demande Laura, l'animatrice. Et qui veut faire la petite souris ? Les chouettes vont attraper les petites souris

Après cette mise en jambes, les enfants âgés de 3 à 12 ans sont invités à lever les yeux. C'est là, sous le toit de l'abbaye que vit la chouette, glisse Laura. 

Apaiser le quotidien des enfants

Ce moment de détente, on le doit aux services de l'aide sociale à l'enfance du Département. L'objectif : proposer aux jeunes qu'ils accompagnent une sortie dans un équipement culturel départemental situé près de chez eux, pour adoucir cette période de confinement.

Pour Vaucelles, le choix d'une balade dans les parcs et jardins de l'Abbaye, hauts en couleurs et en odeurs en ce mois de mai, était une évidence. 

Les visites se font par groupes de 5 enfants maximum issus du même pavillon.  8 demi-journées sont organisées sur la semaine, afin d'accueillir les fratries des villages d'enfants de Neuville-Saint-Rémy et de Marly-Lez-Valenciennes. Être à l'extérieur permet aussi de respecter plus facilement les gestes barrières.

Un bol d'air de 2 heures loin de déplaire aux frères et sœurs présents ce jour, qui, comme tous les enfants confinés, conservent un grand besoin de se dépenser physiquement. 

À la maison nous privilégions les activités manuelles comme la peinture, les jeux de société, mais ce n'est pas évident de trouver des choses qui conviennent pour tous les âges. Nous utilisons aussi le jardin ou le parc derrière le village d'enfants mais son accès est restreint à cause de l'épidémie. Là c'est idéal ! 

Monique Mouronval, éducatrice familiale au village d'enfants SOS de Neuville-Saint-Rémy

La découverte d'un lieu d'exception

Dans l'allée des tilleuls, la visite se poursuit avec la découverte des oiseaux. A l'aide de répères, les enfants doivent reconnaître quels sont les espèces représentées sur les images dans les arbres. Un pic-épeiche ? , se risque Corentin. "Oui ! Avec son bec, le pic-épeiche tape sur l'arbre. Il est capable de creuser son trou. Et pour grimper le long du tronc, il se sert de ses grandes griffes , complète Thierry Tancrez.

À l'entrée du jardin, ils observent les insectes avec des jumelles : papillons, punaises, abeilles... avant d'en ramasser quelques-uns pour les regarder de plus près dans leur boîte-loupe. Vous allez découvrir le trésor de Vaucelles , souffle Laura. La cétoine dorée.

Après avoir croisé le chemin d'un crapaud commun, direction le potager. Les jardiniers plantent ici les semis de potiron, de courge musquée et de patidou. Jérôme Cleton, aide cuisine au collège de l'Ostrevent à Bouchain, s'est porté volontaire pour donner un coup de pioche et s'occupe des plantes aromatiques.  Elles distillent leurs doux parfums et réveillent l'estomac des enfants : ça sent la cuisine ! , commentent-ils. 

La balade s'achève, et avec elle naît l'envie de revenir pour découvrir les autres mystères de l'abbaye. 

Chaque enfant repart avec une oeuvre souvenir : une plaque de carton autocollante qu'il a lui-même décorée avec des végétaux ramassés sur les hauteurs du parc. 

Je les ai trouvés très zens et concentrés !, constate Monique. C'est une très belle découverte. 

Pour aller plus loin