DÉCOUVRIR LE NORD | CAMBRÉSIS
16 août 2021

Mœuvres, Boursies, Doignies : mais que font ces villages dans le 62 ?

C’est une curiosité de l'Histoire. Trois villages nordistes du Cambrésis sont enclavés dans le Pas-de-Calais. On vous raconte pourquoi en détails...

L’histoire n’est pas simple. Elle remonterait à la Révolution et a des origines géographiques.

Pour Daniel Duchemin, historien local, les raisons de ce particularisme qui a fait des villages de Mœuvres, Boursies et Doignies, voire Demicourt, une enclave du Nord située dans le territoire du Pas-de-Calais, résident dans l’étude des cartes depuis le 16ème siècle. 

Toute ma famille est issue de l’Enclave, donc l’histoire m’intéressait. Je suis un Enclavé !

Daniel Duchemin

Je me suis basé sur ce qu’il y a de plus fiable, à savoir les Archives départementales du Nord, pour faire mes recherches, explique-t-il. Chaque juridiction avait ses propres cartes : justice, pouvoir civil, militaire, Eglise… La première date de 1596, une carte de l’Artois. On y voit Doignies, Boursies, mais pas Mœuvres. La position des villages était alors assez approximative.

La justesse des cartes va dépendre de l’invention de la triangulation au 17ème siècle. Cette nouvelle géométrie va permettre d’effectuer des relevés topographiques exacts à l’échelle du royaume de France.

Arrive la période révolutionnaire. En 1790, 83 départements se dessinent. Dans la région, il n’y a toujours pas d’enclave. Nos trois villages font partie intégrante du Nord tout en formant une sorte d’avancée dans le territoire du Pas-de-Calais.

Cependant, un quatrième village apparaît, Demicourt, sur la frontière du Nord et du Pas-de-Calais, dans le district de Bapaume. Mais en 1812, le village perd son statut et devient un hameau, coupé en deux. Une partie est rattachée à Hermies (62) et l’autre à Boursies (59) !

Une histoire de cadastre

Le foncier constituait la source principale du revenu des Départements et des communes. Pour ce faire, chaque commune devait établir son cadastre, selon une loi de 1807.

Il faudra près de 50 ans aux arpenteurs pour réaliser ainsi la cartographie, parcelle par parcelle, de la France, soit plus 100 millions de parcelles à mesurer !

Mœuvres établit son cadastre en mai 1824, avec un bout du Département du Pas-de-Calais au nord. Le cadastre de Boursies est réalisé dans la foulée (septembre 1825), tout comme celui de Doignies.

En 1832, le Conseil général du Nord, sur avis du Conseil d’arrondissement de Cambrai, demande que les communes de Graincourt, Bourlon et Epinoy soient rattachées au Nord au motif qu’elles sont distantes de 7 à 8 lieues de leur chef-lieu d’arrondissement, Arras, alors qu’elles sont plus proches de Cambrai. En vain.

En 1836, après la réalisation de leur cadastre, les communes d’Anneux (Nord) et Mœuvres se retrouvent distantes d’environ 300 mètres. Sans doute la faute de champs et pâtures pas assez longues pour les relier directement…, suppose Daniel Duchemin. Les deux départements officialisent leur carte. Mœuvres se retrouve ainsi séparée d’Anneux avec un morceau de Pas-de-Calais entre les deux communes. L’Enclave est née ! 

Une entité de 1 500 âmes attachées au Nord

Faut-il supprimer l’enclave ? Beaucoup de tractations ont eu lieu pour la faire disparaître. Les Départements ont parfois demandé l’avis des habitants plutôt que de le faire autoritairement. Finalement, majoritairement, les contres l’ont toujours emporté.

Pour Gérard Sétan, maire de Mœuvres, Globalement, les gens ont voulu rester Nordistes. La proximité d’une sous-préfecture comme Cambrai a peut-être primé sur les 30 km de distance avec Arras…

L’enclave fait donc partie du Nord (ses villages sont membres de la Communauté d’agglomération de Cambrai) mais dépend d’un collège du Pas-de-Calais. Pour la Poste, le bureau distributeur était Hermies (62147) jusqu’en 2013, où nous sommes passés au 59400, code postal de Cambrai. Par contre, pour les immatriculations des voitures, on a toujours été 59, précise M. Sétan 

Enfin, en ce qui concerne le hameau de Demicourt, coupé en deux, les électeurs votent pour les uns à Boursies (59) et à Hermies pour les autres.

Vous avez dit bizarre ? 

Crédits photo : Philippe Houzé

Pour aller plus loin