AMÉNAGEMENT CADRE DE VIE | DOUAISIS
18 novembre 2022

Le pont du Fort de Scarpe s'apprête à traverser un nouveau siècle

Trappe mystérieuse, bâche impressionnante, points communs avec la Tour Eiffel : le pont qui surplombe le canal de la Scarpe, à Douai depuis près de 80 ans mérite bien les soins menés pour prolonger sa longévité. On en profite pour vous révéler ses petits secrets.

Une immense bâche blanche. En dessous, le pont du Fort de Scarpe et des ouvriers aux petits soins de ses plaques de métal et de ses rivets assemblés à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Un peu sur le principe de la Tour Eiffel, sourit Jérémy Bétrémieux, responsable du Service ouvrages d'art du Département.

Avec ses 39,50 m de long et 11,50 m de large, il a été construit pour durer.  On a cependant découvert les vestiges d'une trappe, aussi appelée boîte à mine, qui aurait permis d'installer sous le pont de quoi le détruire, précise-t-il. Il n'y en a pas eu besoin, mais l'ouvrage commençait à montrer des signes de vieillesse.

Il n'y avait aucun danger, rassure Lionel Lombardo, responsable adjoint du Service ouvrage d'art. Tous les six ans, ses équipes passent sur place ausculter minutieusement chaque pont. Ils se sont aperçus que celui du Fort de Scarpe commençait à porter des traces de corrosion, dues à l'humidité et l'oxygène présents dans l'air.

Une rénovation soucieuse de l'environnement

Le plan d'attaque a été simple : assurer d'abord la réparation métallique, puis remettre une couche de peinture anti-corrosion sur l'ensemble du pont pour un budget de 1 650 000 euros, études comprises, financés par le Département. Deux entreprises nordistes ont été choisies pour mener à bien cette cure de jouvence entamée en janvier 2022. L'une d'elles entretient d'ailleurs, aussi, la Tour Eiffel. 

Le pont a été mis sous bâche pour éviter qu'aucune poussière née du retrait de la peinture au plomb ne s'échappe dans l'air ou ne tombe dans la Scarpe.

Lionel Lombardo, responsable adjoint du Service ouvrages d'art du Département

 Cette précaution s'est avérée particulièrement utile lorsque les ouvriers ont découvert de l'amiante dans les canalisations hébergées par le pont. Nous sommes très attentifs au bien-être de la population, des ouvriers et de l'environnement, pointe Jérémy Bétremieux. Le sable projeté pour nettoyer la structure, le béton du soutènement et les éléments métalliques sont, eux, récupérés pour être recyclés.  

Une rénovation soucieuse des déplacements des Douaisiens

Il était important que tout au long des travaux qui doivent s'achever au début de l'année 2023, les habitants et travailleurs du Douaisis continuent de circuler sur ce pont fréquenté par plus de 11 000 véhicules chaque jour.

En concertation avec la ville de Douai et Douaisis agglo, les agents du Département, Julien Trapuzzano et Gervais Cacheux, ont tout mis en place pour que les piétons puissent toujours le traverser et emprunter le chemin de halage qui passe sous lui. L'installation de la bâche a également pris en compte le passage des rameurs de l'Association douaisienne des sports d'eau sur la Scarpe. Et les automobilistes bénéficient d'une circulation alternée. 

Ils passent, chaque jour, sans se rendre compte que 6 000 rivets ont été changés et qu'environ 6,6 tonnes d'acier ont été ajoutés pour renforcer la structure du vieux bonhomme de fer. Là, techniquement, le pont du Fort de Scarpe est censé être reparti pour 100 ans, prévient Jérémy Bétrémieux.

Crédits photo : Service ouvrages d'art du Département du Nord

Pour aller plus loin