EMPLOI | DOUAISIS
3 novembre 2021

D’allocataire du RSA à architecte, en quelques mois

En quelques mois à peine, Anne-Sophie Pamart, 28 ans, a bénéficié d’un coaching personnalisé qui lui permet aujourd'hui d'exercer le métier de ses rêves : architecte.

Au deuxième étage de l’agence A.Trium Architectes, à Douai, le quotidien d’Anne-Sophie Pamart se partage entre la conception de projets de logements et des missions d’architecture d’intérieur. Un emploi de rêve pour cette jeune femme de 28 ans qui, il y a encore un an, n’osait croire qu’elle le décrocherait si vite.

Tout commence juste avant la crise sanitaire, quand l’agence douaisienne remporte le projet de l'extension des locaux du Département du Nord. Depuis 2013, chaque marché passé avec notre collectivité prévoit de réserver des heures à des personnes éloignées de l’emploi. La décision fut prise de partir à la recherche d’un allocataire diplômé d’architecture.

Trois personnes posent autour d'une table.
Le recrutement d'Anne-Sophie Pamart a été possible grâce au réseau et à la détermination de Mélanie Laisné, chargée de mission à la plateforme départementale du Douaisis (à gauche sur la photo).

C'est Mélanie Laisné, chargée de mission du Département dans le Douaisis, qui s'en est chargée : Ce chantier, c’était vraiment l’occasion de travailler avec des allocataires diplômés. Et c’est en échangeant avec les coachs emplois de la Maison Départementale Insertion et Emploi que j’ai trouvé la bonne personne !

« Tout s’est enchainé très vite »

La bonne personne, c’est Anne-Sophie Pamart. À la fin de ses études d’architecture à Tournai, la jeune femme est rentrée vivre chez ses parents en raison de la crise sanitaire. Il était alors difficile voire impossible de trouver du travail. J’ai fait une demande de RSA et j’ai débuté un coaching emploi à la MDIE avec Anne Lengrand. Puis on m’a parlé de ce recrutement. Tout s’est enchainé très vite, se souvient la jeune femme, qui a bénéficié de Réussis Sans Attendre, un accompagnement dédié aux moins de 29 ans. 

Le Contrat Initiative Emploi financé par le Département minimise les risques lorsqu’on souhaite recruter quelqu’un.

Benjamin Bigotte, architecte 

Face aux incertitudes nées de la crise sanitaire,  le Département nous a alors proposé de financer le contrat Anne-Sophie par le biais d’un Contrat Initiative Emploi pendant six mois, ce qui nous a permis de pouvoir l’embaucher car son profil correspondait totalement à ce que nous recherchions, explique Benjamin Bigotte, architecte associé. 

Ce premier contrat s’est achevé en septembre, mais l’histoire ne s’arrête pas en si bon chemin puisque l’agence vient d’embaucher la jeune femme en CDI (contrat à durée indéterminée), tout en bénéficiant d'un financement départemental de six mois supplémentaires. Une place vient de se libérer et Anne-Sophie a tous les atouts pour occuper le poste, les planètes sont alignées, se réjouit Benjamin Bigotte. 

Je suis consciente de la chance que j’ai eue d’être guidée par les bonnes personnes, au bon moment. Je pense notamment à ma coach qui m'a accompagnée avec beaucoup de dynamisme et de façon tout à fait personnalisée. Je ne pensais pas que les choses se dérouleraient aussi vite !, conclue la jeune architecte, avant de retourner à ses projets, entourée de ses nouveaux collègues.

Faire plus pour l'emploi avec les clauses sociales

Depuis 2013, tous les marchés passés par le Département ont recours aux clauses sociales, ce qui permet de réserver une part du travail confié aux entreprises à des personnes éloignées de l’emploi (chômeur de longue durée, bénéficiaire du RSA, personne en situation de handicap…). Si ces clauses concernent dans bien des cas des métiers manuels, elle peuvent également être réservées aux prestations intellectuelles.

Crédits photo : Département du Nord - Barbara Bonny

Pour aller plus loin

Retour au sommet