TOUS | TOUT LE DÉPARTEMENT
18 décembre 2019

Ce qu'il faut retenir du budget départemental pour 2020

Le Département a adopté en séance plénière son budget primitif pour 2020. Dépenses maîtrisées, recettes optimisées, dette stabilisée et investissements en hausse caractérisent ce dernier exercice budgétaire porté par l’exécutif élu en 2015.

Dépenses de fonctionnement maîtrisées

En 2020, les dépenses de fonctionnement augmenteront de 82 millions d'euros, soit une hausse contenue de 3%. En décomptant les exceptions accordées par l'Etat, le plafond de 1,35% fixé dans le cadre la contractualisation sera respecté.

C'est notamment la baisse du nombre d'allocataires du RSA (-1,1% entre mars 2018 et mars 2019), grâce à la stratégie Réussir sans attendre, qui a permis de dégager de nouvelles marges de manœuvre.

102 564 foyers allocataires du RSA en novembre 2019, soit une diminution de près de 9 000 foyers depuis 2015

Ces marges de manœuvre seront redéployées notamment dans le domaine de l'autonomie (+12,8 millions d'euros pour l'allocation personnalisée d'autonomie) et des politiques en faveur de l'enfance, de la famille et de la jeunesse (+5,2% en 2020).

Dépenses réelles de fonctionnement : 2673 M€ au Budget primitif 2020. Dépenses sociales : 1898,1 M€ dont 53% d'Allocations Individuelles de Solidarité (AIS). 

Des recettes de fonctionnement optimisées

Les recettes de fonctionnement augmentent de 4% en 2020.

Avec des recettes en hausse et des dépenses en baisse, nous ne sommes plus dans un cercle infernal, mais dans un cercle vertueux !

Jean-René Lecerf, Président du Département du Nord

Cette hausse s'explique par :

  • la bonne conjoncture économique, qui dynamise les différentes recettes fiscales.
  • de nouvelles recettes négociées avec l'État par l’exécutif départemental dans le cadre de la renégociation des fonds de péréquation (+ 46 millions d'euros pour le Nord en 2019) et grâce à l'engagement du Nord en faveur de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté (+50 millions d'euros sur 3 ans, à parité avec l'État).

Nous avons mis en place au sein du Département une véritable culture de la recette

Christian Poiret, Premier Vice-président en charge des Finances

Cette augmentation des recettes se fait sans augmentation de la pression fiscale. Le taux de taxe foncière départemental restera inchangé en 2020 à 19,29%.

Le Nord applique le taux de taxe foncière le plus bas de tous les Départements de la Région Hauts-de-France

Une dette maîtrisée

La dette, après avoir fortement baissé depuis 2015, se stabilise. Il faudrait aujourd'hui entre 5 et 6 ans pour rembourser la totalité des emprunts départementaux, contre 13 ans en 2015.

La dette du Département du Nord est passée de 1,4 milliard d'euros en 2015 à moins de 1,2 milliard d'euros fin 2019.

Passer la vidéo

Revenir avant la vidéo

Un investissement renforcé 

L'amélioration de la situation financière permet de lancer une nouvelle dynamique d'investissement. 291 millions d'euros d'investissements sont inscrits au budget primitif 2020, ce sont 50 millions d'euros de plus qu'au budget 2019.

L'investissement permet de financer des projets concrets et utiles aux territoires. Parmi les projets financés en 2020 :

  • le Canal Seine-Nord Europe (17 millions d'euros en 2020, sur une participation départementale totale de 217 millions d'euros)
  • la rénovation de la Maison natale Charles de Gaulle à Lille (2,3 millions d'euros sur un total de 3,3 millions d'euros)
  • l' ouverture de 2 nouvelles Maisons France Service : à Bruay-sur-l'Escaut et via un bus itinérant dans l'Avesnois (0,6 million d'euros)
  • la poursuite de la rénovation des collèges (Jules Ferry à Anzin, Léon Blum à Wavrin, Chasse Royale à Valenciennes, Rouges Barres à Marcq-en-Barœul, Paul Duez à Cambrai, rénovations thermiques de 4 collèges dans l'Avesnois) pour un total de 65,3 millions d'euros en 2020
  • la poursuite des travaux d’infrastructures et de voirie : contournement nord de Valenciennes, contournement de Maubeuge, doublement de la RD70...
  • le soutien aux projets structurants des territoires: 44,5 millions d'euros.

Pour aller plus loin