HANDICAP | TOUT LE DÉPARTEMENT
12 novembre 2019

5 conseils pour employer une aide à domicile

Moins cher, plus souple, l’emploi direct à domicile d’un salarié pour s’occuper d’un proche âgé ou vivant avec un handicap est une solution choisie par plus de 10% des Nordistes. Voici 5 essentiels à connaître avant de vous lancer !

Comme tout employeur lambda, les particuliers employeurs ont des droits et des devoirs (formation, rémunération, protection sociale...) envers leurs employés. Afin d'établir une relation de travail sereine et sécurisée employeur-employé, voici 5 conseils à connaître avant d'employer un/une aide à domicile pour votre proche âgé ou vivant avec un handicap.

Conseil n°1 : Bien choisir ce qui convient à notre proche

Aide à la personne ou aide en services ménagers, vous pouvez choisir parmi trois modes d'intervention :

  1. L'emploi direct a l'avantage notamment de pouvoir choisir l'intervenant à domicile et d'offrir plus de souplesse; mais il faut se renseigner sur les devoirs d'un employeur et gérer les remplacements lors des congés ou maladies du salarié.
  2. Faire appel à un mandataire : le gros avantage réside dans la gestion des formalités administratives par le mandataire ainsi que celle des remplacements en cas d'arrêt du salarié, mais c'est plus onéreux. L'employeur peut également choisir le salarié.
  3. Faire appel à un prestataire de services : l'avantage est le côté « clé en main » du service ainsi que la continuité de service. L'employeur n'a pas le choix de l'intervenant.

Conseil n°2 : Etablir un contrat de travail, c'est primordial

Afin d'installer une relation de travail sereine et de sécuriser la relation, il est important de formaliser les services rendus par l'employé via un contrat de travail qui doit définir notamment le temps de travail, la période d'essai, le salaire, l'intitulé de l'emploi...

Conseil n°3 : Gérer la relation de travail au quotidien, c'est du gagnant-gagnant

Si la convention collective encadre les rôles de chacun, il est conseillé de mettre en place une relation de confiance qui facilitera la relation de travail. Cela passe notamment par la communication entre employeur et salarié, en mettant en place par exemple un cahier de transmission pour passer les informations entre la famille et l'employé de la personne âgée ou vivant avec un handicap.

En cas de questions ou de problèmes, la FEPEM apporte un premier niveau d'information aux particuliers employeurs. Selon les cas, l'orientation vers un juriste peut être proposée sur des points techniques, et en cas de conflit, une médiation peut être mise en place avec une commission de dialogue (service payant).

Conseil n°4 : Déclarer la rémunération du salarié

Tous les mois, le particulier employeur doit déclarer la rémunération de son employé sur le site du CESU. A savoir : la moitié des coûts engagés pour rémunérer l'employé sont restitués sous forme de crédits d'impôts. Pour connaître les grilles de rémunération, consultez le simulateur sur le site de la FEPEM. La participation du Département à ces sommes au titre de l'APA ou de la PCH doivent être déduites.

Pour évaluer le coût d'une heure de travail d'un salarié à domicile, en fonction de votre situation et en incluant les éventuelles exonérations de cotisations sociales ou les aides dont vous pouvez bénéficier, plusieurs simulateurs existent : Particulier emploi, URSSAF, Net particulier.

Conseil n°5 : Bien mettre fin au contrat de travail

Départ à la retraite, démission, licenciement de votre employé à domicile... Une procédure existe, il est nécessaire de la suivre pour bien mettre un terme à la relation de travail. Il y a un formalisme à respecter et des documents de fin de contrat à fournir au salarié. A savoir : un solde de tout compte doit être versé en cas de licenciement.

Pour aller plus loin