DÉCOUVRIR LE NORD | TOUT LE DÉPARTEMENT
5 mars 2020

4 mars 1790, le Nord est né !

Il y a 230 ans, Louis XVI officialisait la création de 83 départements en lieu et place de l’administration de l’Ancien Régime. Le Nord portait alors le numéro 57.

La naissance des départements français, et du Nord en particulier, trouve ses origines dans la fameuse nuit du 4 août 1789. Les députés de l’Assemblée nationale décrètent  l’abolition de tous les privilèges particuliers des provinces, pays, cantons, villes et communautés d’habitants. 

L’Assemblée nationale fait en quelque sorte table rase de l’organisation administrative de ce qui est désormais l’Ancien Régime, et impose à Louis XVI, « roi des Français », une toute nouvelle organisation territoriale.

Le 4 mars 1790, le roi ordonne donc par lettres patentes, lettres destinées à faire connaître une décision royale, la division du pays en 83 départements. Ceux-ci sont nommés en fonction de caractéristiques géographiques. Et c’est ainsi que le nord de la France devint…. le Nord.

Ce nouveau département  dont la longueur fatigue et rebute rien qu’à le voir sur une carte , d’après un commentaire d’époque, s’étend sur 200 km le long de la frontière avec les Pays-Bas autrichiens. Il est notamment composé des Flandres wallonne et maritime, de Lille, du Cambrésis, et se divise en districts.

La guerre des chefs-lieux

Selon Jacques-Guillaume Thouret, l’un des principaux pères de la nouvelle organisation, une administration doit pouvoir être présente dans tous les lieux de son ressort. Elle ne fera le bien qu’à demi si son territoire est trop étendu. Aussi, dans chaque département est désigné un chef-lieu qui doit être accessible à tout citoyen en moins d’une journée de cheval.

C’est Douai (Douay à l'époque) qui est désignée par l’Assemblée nationale, chef-lieu du département du Nord, sous l’influence du député douaisien Philippe-Antoine Merlin.

Mais à Lille, les édiles grincent. Ils arguent du fait que Douai est une ville qui n’a pas su profiter de l’essor de l’industrie et des fabriques.

Cette gue-guerre va se poursuivre jusqu’en 1804, année qui verra Lille supplanter définitivement la cité de Gayant.

Crédits photo : Achives départementales du Nord

Pour aller plus loin

Retour au sommet