ENVIRONNEMENT | FLANDRE MARITIME
5 mai 2020

Ma vie de garde départemental pendant le confinement

Rencontre avec Aline Bué, garde départementale sur le littoral. Depuis la mi-mars, comme ses collègues, elle veille au respect de l'interdiction d'accès aux Espaces naturels du Nord, et poursuit sur le terrain ses missions de surveillance. En cette période de l'année, l'écosystème naturel des dunes de Flandre est en plein épanouissement.
[Musique]
[Aline Bué, garde du littoral, Département du Nord] On a fermé par rubalise. On a affiché des arrêtés. On a indiqué aux gens évidemment que le site était fermé au public pendant la période de confinement. Notre rôle aujourd'hui, c'est de faire de la surveillance. On ajoute quelques missions comme le suivi scientifique. On va commencer à refaire des rondes de surveillance pour le suivi des niveaux d'eau par exemple, mais aussi tout ce qui est entretien du milieu : regarder si évidemment les panneaux sont toujours d'actualité, si tout est respecté. On est en pleine période des amphibiens : tritons, crapauds, grenouilles et de ce fait-là, on va essayer de faire quelques rondes au moins sur les mares. On a un bon partenariat qui se fait avec la gendarmerie de Ghyvelde. On a rencontré les motorisés de Hoymille. On a organisé des rondes de surveillance en partenariat avec eux. Ça nous permet aussi de faire tout le site et on revient souvent par la plage comme ça, on voit s'il y a des traces de pas sur la plage, si les gens respectent les interdictions. On a de temps en temps des réunions et on a quelques tâches à faire en télétravail mais le métier de garde, c'est avant tout un métier de terrain.
[Musique]

Pour aller plus loin