ENVIRONNEMENT | FLANDRE INTÉRIEURE
8 mai 2021

Charles Roussey, agriculteur, cultive le pouvoir des fleurs

Agriculteur à Merville, près d'Armentières, Charles Roussey va planter des fleurs au bord d'un champ de colza, via l'association Campagnes vivantes, pour renforcer la biodiversité. Rencontre avec un passionné de nature.

A 60 ans, Charles Roussey va bientôt prendre sa retraite. Agriculteur depuis plusieurs générations à Merville, il lui reste une mission à accomplir : enrichir la biodiversité du secteur.

Au bord de l'un de ses champs, une bande enherbée de 5 000 m2 entre colza et ruisseau, reste en friche. Pourquoi ne pas y planter des fleurs ?

L'exploitant, qui cultive sur 96 hectares, des pommes de terre, des céréales, des haricots bio, a suivi des directives européennes qui lui somment de semer des fleurs sur les parties de ses champs non exploitées. Message reçu.

Des fleurs pour les abeilles et les insectes

J'ai été contacté par l'association Campagnes vivantes, qui promeut le développement de plantes mellifères, ce qui aide à la pollinisation par les abeilles , expose Charles. Cela tombe bien, Charles est apiculteur par passion depuis quelques années. Il possède 15 ruches, qui en pleine activité, accueillent 30 000 abeilles chacune ! Bref, une aubaine.

D'autant que les semences sont expédiées gratuitement par Campagnes vivantes grâce au soutien financier des différents partenaires dont le Département du Nord. J'ai choisi de semer des plantes relativement plates, car les abeilles ne butinent pas les fleurs profondes, comme les jonquilles, par exemple. J'ai donc opté pour des essences comme du trèfle, de la luzerne ou la phacélie, qui ont le pouvoir d'attirer les abeilles et de les faire butiner sans problème.

Vital pour la planète

Car au fil du temps, Charles s'est rendu compte qu'il fallait changer les pratiques du tout phyto-sanitaire et revenir à des pratiques plus en adéquation avec la nature.

illustration
Entre champ de colza et ruisseau, c'est sur 5 000 m2 de terre que M. Roussey va planter sa bande fleurie.

Il s'agit aussi de joindre l'utile à l'agréable. La bande enherbée sera jolie à voir, et si des passants veulent en cueillir, je ne m'en offusquerai pas, ajoute Charles. Cette bande fleurie va favoriser la biodiversité, autant pour les abeilles que pour les insectes. C'est vital pour la planète !

Charles Roussey pense semer ses fleurs en septembre, car la saison est trop sèche actuellement. La floraison interviendra alors au printemps 2022.

L'agriculture nordiste dans votre salon !

Si le Salon de l'agriculture n'a pas pu se tenir cette année à cause de la crise sanitaire, le Nord a décidé malgré tout de mettre à l'honneur ses producteurs. Rendez-nous visite sur notre stand virtuel jusqu'au 24 mai !

Crédits photo : Dominique Lampla

Pour aller plus loin