ENVIRONNEMENT
17 janvier 2022

Des chantiers nature pour un Nord qui respire

Du site minier de Chabaud-Latour aux dunes de Flandres, en cette fin d'année, on plante des arbres et bien plus encore ! Petit tour d'horizon des chantiers nature que mène le Département dans vos espaces naturels.

Comme chaque hiver, la période des plantations bat son plein. 25 000 arbres seront plantés cette année dans les espaces naturels du Nord et en bordure de routes départementales.

Si l'on créé de nouveaux espaces de nature, l'entretien des l'existant continue également. Retour en images sur quelques chantiers emblématiques menés en cette fin d'année.

Argilière de l'Aa : un verger partagé planté par les enfants

À Nieurlet, dans cette ancienne carrière d’argile, les enfants de l’école ont planté un verger composé de pommiers, poiriers, cerisiers… Exclusivement des essences locales. 

Nous avons souhaité créer un verger de maraude pour que les habitants et visiteurs du site puissent venir cueillir librement des fruits 

Thomas Raulin, garde départemental en charge de la gestion du site

L’objectif, c’est que les jeunes deviennent les ambassadeurs du site auprès de leurs proches. Dans le cadre du programme Les Petits explorateurs, on se retrouve ici tous les mois pour découvrir les arbres, les oiseaux et plein d’autres choses , poursuit Juliette Achte, animatrice nature.

  • 1/7
  • 2/7
  • 3/7
  • 4/7
  • 5/7
  • 6/7
  • 7/7

Pendant quelques heures d’une matinée de décembre, les enfants ont travaillé aux côtés des gardes du littoral. Tout ce qu’on apprend ici, on le réinvestit sous forme d’actions pédagogiques. On sème des petites graines dans leur tête ! , confie Sylvie Luchez, la maîtresse. Et puis en cette période de crise sanitaire, c’est une super opportunité de pouvoir sortir, profiter du grand air et être au contact de la nature.

Ces arbres offriront un garde-manger aux oiseaux en période hivernale, notamment pour la grive musicienne. La première récolte est espérée dans 2 à 3 ans. En attendant, n’hésitez pas à vous promener sur le sentier qui borde le verger.

Carrière des Peupliers : du débroussaillage au service des abeilles

Ici à Abscon, le lycée de Sains-du-Nord a travaillé en décembre avec l’équipe des gardes départementaux du Valenciennois pour débroussailler le coteau sud de la carrière des Peupliers. Objectif : sauver les abeilles sauvages !

Sur cette ancienne carrière d’extraction de craie, on dégage la végétation pour amener de la lumière. En rouvrant le milieu naturel, on offre une zone de nidification aux abeilles sauvages qui peuvent accéder plus facilement à ce sol friable explique Hugo Petit, garde départemental. Elles se regroupent en village appelé bourgade, ajoute Laura Beaudoux, apprentie garde.  Certaines passent l'hiver sous terre et d'autres plus spécifiques (osmie-bicolore), se cachent dans les coquilles d’escargot.

  • 1/5
  • 2/5
  • 3/5
  • 4/5
  • 5/5

Des milliers d’abeilles qui attendent en sommeil que le printemps arrive. Et ces abeilles ont toute leur importance. Elles sont d’excellentes factrices pour la pollinisation car leur corps est recouvert de poils qui leur permet de transporter le pollen , précise Léa Lemaire, garde spécialisée dans les abeilles. Elles contribuent à la diversité florale et animale, c’est grâce à elles que l’on mange en fait !

Chabaud-Latour : un chantier utile sur tous les plans

Développement durable, éducation à l’environnement, partenariat local… Une opération de plantation particulière s’est déroulée du 25 au 30 novembre à Condé-sur-l’Escaut, sur les prairies humides qui bordent Chabaud-Latour.

2 500 plants d’arbres ont été plantés avec l’association des planteurs volontaires.

Nous avons profité d'une grosse opération de clôture pour réaliser ce projet à fort enjeu écologique. L’objectif est de recréer du bocage traditionnel historiquement présent, dans le cadre d'un projet d'éco-pâturage extensif à côté du terril.

Hugo Petit, garde départemental en charge de l’opération.

12 essences différentes ont été plantées parmi lesquels prunelier, églantier, aubépine qui pourront offrir un habitat propice à la pie grièche écorcheur; ou encore le noisetier qui est très apprécié du muscardin, souvent retranché en lisière de forêt et haies bocagères. Ces deux espèces protégées pourraient revenir sur le site grâce à la nouvelle présence des haies.

  • 1/6
  • 2/6
  • 3/6
  • 4/6
  • 5/6
  • 6/6

Une quarantaine d’élèves du collège Josquin Desprez de Condé-sur-l’Escaut ont donné un coup de main pendant les plantations et sont venus sur le site, à vélo s’il vous plaît pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Les éco-gardes du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut partenaires de l’opération ont réalisé au préalable des animations pédagogiques en classe. En participant à ce projet, nous avons cherché à créer un corridor de biodiversité jusqu’au terril sur ce site qui est seulement accessible aux animaux, précise Loïc Lemoine, chef de poste éco-garde.

Dune Ghyvelde : débroussailler pour se former

Ici, les élèves du lycée agricole de Dunkerque sont venus se faire la main sur la côte est de la dune Ghyvelde, le long de la Belgique. Une équipe de filles bûcheronnent sur les pelouses dunaires. Amélie et Anaïs pensent devenir gardes forestières.

Tronçonneuse à la main, elles coupent les arbustes qui envahissent la dune. Nos jeunes s’entraînent ici sur de vraies situations professionnelles de gestion d’un espace naturel. Les dunes sont un super terrain d’application à 10 minutes du lycée ! , se réjouit Delphine Laversin, professeur de gestion des espaces naturels.

  • 1/5
  • 2/5
  • 3/5
  • 4/5
  • 5/5

Sur cette dune décalcifiée, on trouve une richesse floristique rare, pas forcément visible au premier coup d’œil , rappelle Thomas Raulin, garde départemental en charge du site. Mousses et lichens recouvrent la dune et lui confèrent cette couleur blanche si particulière. Retirer la broussaille et les arbustes permet à ces plantes de perdurer. Leur présence devient rare dans le Nord et pourtant elles sont d’excellents bio-indicateurs de la qualité du sol et de l’air, nécessaires à la biodiversité.

Cette opération de débroussaillage revêt donc un intérêt écologique certain. Et pour boucler la boucle, le bois sera broyé en copeaux localement et partira réchauffer le sol du verger de l’Argilière de l’Aa.

A l'approche des fêtes, les lapins de Garenne, chevaux Haflinger et renards ont retrouvé leur terrain de jeux, en attendant la floraison des orchidées sauvages du printemps.

Crédits photo : Cédric Arnould, Philippe Houzé

Pour aller plus loin