JEUNESSE ÉDUCATION | MÉTROPOLE
8 octobre 2020

Une chance pour chacun dans la classe inclusive de Thumeries

C’est l’une des 101 classes inclusives déjà ouvertes dans le Nord. Elle accueille une dizaine de jeunes présentant des déficiences visuelles au sein du collège Albert-Camus. Une chance pour ces élèves d’apprendre comme les autres.

Donner une place à tous les jeunes, quels qu'ils soient ou quel que soit leur handicap, c’est le leitmotiv du collège Albert-Camus. En ouvrant l'an passé une classe expérimentale inclusive qui accueille une dizaine d'élèves malvoyants, l’établissement a décidé d'accepter la différence.

Avoir une scolarité presque comme les autres

J’aurais aimé avoir une scolarité comme les autres mais ce n’est pas possible avec mon handicap. En venant ici, je peux avoir une scolarité presque comme les autres, confie Suzy N'zodom, élève de la classe inclusive de Thumeries. Comme elle, une dizaine d’autres jeunes de l’IME (Institut Médico-Éducatif) de La Pépinière de Loos, vivant avec des déficiences visuelles et des handicaps associés, ont rejoint les bancs du collège de Thumeries.

Ici on apprend mieux parce qu’ici il y a plein de choses, du matériel, des professeurs… et on ne voit jamais le temps passer !, raconte Romain Lesaffre, élève. L'IME de la Pépinière de Loos fournit des machines pour écrire en braille et ses éducateurs spécialisés font le déplacement au collège pour accompagner les élèves et assister l’instituteur.

Au milieu des autres classes dites "ordinaires", cette classe inclusive veut fonctionner presque comme les autres. Pour les jeunes, c’est l’opportunité de se mêler à des élèves qui ont leur âge, dans un milieu ordinaire, de se confronter aussi au regard des autres , raconte François Rausenberger, éducateur spécialisé de l'IME de la Pépinière de Loos.

Du sur-mesure pour accompagner chaque élève

Les élèves sont âgés de 10 à 18 ans avec des niveaux très hétérogènes allant du CP à la 4ème. Nous avons des jeunes qui se destinent à travailler en ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail), pour lequel il faut des compétences particulières que l’on travaille en classe. Pour d’autres, l’objectif est de passer le Certificat de Formation Générale qui est un équivalent du brevet. Et pour d’autres encore, selon leurs évolutions, nous verrons les projets qui pourront se mettre en place , explique Haroun Fakhroeddine, professeur des écoles.

Dans cette classe, on fait du travail sur-mesure adapté au niveau de chacun. Les élèves les plus avancés intègrent certains cours des classes ordinaires comme Suzy qui rejoint les 6èmes en mathématiques. L’occasion de pouvoir suivre des cours "classiques" avec les autres élèves de l'établissement.

"Être inclusif c'est du gagnant-gagnant!"

Le collège de Thumeries a démarré ce projet de classe inclusive l’an dernier. À la demande de l’IME de la Pépinière de Loos qui était à la recherche d’un collège pour ces jeunes accueillis en établissement spécialisé. Intégrer le collège, c’est un plus pour eux mais aussi un plus pour nous tous ! Cela amène nos élèves à s’interroger sur la différence et nos personnels, à s’interroger sur les pratiques et sur la différenciation pédagogique , clame Alain Chanu, principal du collège.

L’expérience est assez simple à mettre en place et elle gagne à être connue ! Une opération en somme où tout le monde est gagnant !

Crédits photo : Département du Nord - Cédric Arnould

Pour aller plus loin