DÉCOUVRIR LE NORD | DOUAISIS
24 mars 2021

Un parcours mystique dans la vallée de la Sensée

Le saviez-vous ? Au cœur du Douaisis, la vallée de la Sensée réserve nombre de secrets et au moins autant d’escapades sous le signe du mysticisme et de l’histoire… découvrez avec nous le circuit des mégalithes.

Un grand nombre d’historiens estime que la forte concentration de mégalithes et de menhirs insolites dans la vallée de la Sensée ne relève pas du hasard, loin s’en faut. Cependant, personne ne sait encore aujourd’hui s’ils faisaient office de lieu de culte, de site mortuaire ou de repère astrologique…

Toujours est-il que des fouilles archéologiques ont révélé qu’ils dataient du néolithique, entre 4 500 et 2 500 ans avant notre ère. Ces impressionnantes et mystérieuses pierres peuvent être découvertes au détour d’un chemin ou dans une clairière. C’est en tout cas le cadre idéal pour une randonnée ou encore un pique-nique en famille ou entre amis. 

À Hamel, "La cuisine des fées"

Pour certains, le dolmen aurait été le lieu où des êtres malfaisants nommés Caramaras pratiquaient la sorcellerie. Pour d’autres, cette pierre aurait accueilli la chaise sur laquelle s’asseyait la Vierge qui file…

À Aubigny-au-Bac, "La pierre qui pousse"

Gare à vous, il parait que menhir est vivant ! Sa forme de tête de cheval changerait chaque jour, essayant tant bien que mal de s’extirper du sol marécageux dans lequel il fut jadis enfoncé.

À Lécluse, "La pierre du diable"

Comme quantité d’autres menhirs, l’origine de sa légende serait intimement liée au diable. Un homme aurait ainsi pactisé avec le Malin afin qu’il reconstruise avant l’aube sa grange dévorée par les flammes. Sa femme aurait fait chanter le coq avant le lever du jour, afin de sauver l’âme de son époux. Se rendant compte de la supercherie, le diable aurait, de colère, lancé cette énorme pierre ! 

À Féchain, "Le polissoir"

Découverte à Aubencheul-au-Bac puis déplacée à Féchain, cette pierre de plus de sept tonnes auraient servi de griffoir à des bêtes monstrueuses… Mais c’est surtout  le plus grand polissoir de la région : il y a 4 000 ans, les hommes s’en servaient pour affûter leurs armes et polir leurs outils en silex.

Goûtez aux saveurs locales

Une escapade dans le Douaisis ne serait pas la même sans savourer le “Plaisir de monsieur Gayant”, un fromage artisanal au lait cru affiné à la bière Saint-Landelin ambrée. Profitez-en également pour faire le plein d’ail d’Arleux en tresses, des gousses fumées à la tourbe qui donneront un twist incomparable à toutes vos préparations salées. 

Crédits photo : Dominique Lampla

Pour aller plus loin

Retour au sommet