HANDICAP , SÉNIORS | TOUT LE DÉPARTEMENT
22 octobre 2020

Services d'aide à domicile : pourquoi pas vous ?

Les services d’accompagnement et d’aide à domicile proposent des métiers variés permettant aux personnes en perte d’autonomie de vivre le plus longtemps possible à leur domicile. De nombreux postes sont à pourvoir dans un secteur en pleine mutation.

Aide à domicile, auxiliaire de vie sociale ou encore accompagnant éducatif et social, il existe une pluralité de métiers pour aider chez elles les personnes dans leurs activités ordinaires et les actes essentiels de la vie quotidienne.  

Ces professionnels sont employés par les Services d'Aide et d'Accompagnement à Domicile (SAAD) avec le soutien financier du Département.

2 000 postes sont aujourd'hui à pourvoir dans le secteur sur l'ensemble du territoire. 

Des métiers humains, des relations authentiques

Les SAAD assurent à domicile des prestations de services ménagers et des prestations d'aide à la personne pour les activités ordinaires et les actes essentiels de la vie quotidienne :

  • entretien du logement
  • entretien du linge
  • préparation des repas
  • courses
  • aide à la toilette
  • aide à l'habillage et au déshabillage

Les professionnels interviennent en complémentarité avec d'autres services (soins infirmiers par exemple).

Un métier qui place l'humain au cœur de ses missions, comme en témoigne Rudy Desfosses, auxiliaire de vie depuis un an : Quand on est auxiliaire de vie, on aide les gens dans leur quotidien, on les accompagne et parfois même on les réconforte. Ce sont de vrais liens qui sont noués.

Pour découvrir les fiches métiers et la carte des SAAD qui recrutent, rendez-vous sur lenord.fr/LesSAADRecrutent 

Des métiers de plus en plus reconnus

Si les professionnels de l’aide à domicile sont employés par les SAAD, leurs interventions sont rendues possibles par le soutien financier qu’apporte le Département. Plusieurs décisions récentes vont permettre de renforcer l’attractivité de cette filière d’avenir :

  • l’attribution d’une prime COVID aux 7 000 intervenants à domicile, étendue récemment aux SAAD mandataires
  • la revalorisation de la prise en charge départementale horaire qui passé de 21 euros à 22 euros, la moyenne nationale étant de 19,5 euros.

Si la rémunération est un facteur essentiel pour recruter, elle ne fait pas tout. À salaire égal, certains professionnels choisiront de travailler en structure, comme dans un EHPAD, plutôt qu'à domicile. Le travail à domicile est souvent vu comme une profession où les intervenants sont isolés et sans lien durable avec les bénéficiaires , explique Arnold Fauquette, fondateur du service d'accompagnement et d'aide à domicile VIVAT à Marcq-en-Barœul. Pourtant, d'autres modèles d'organisation existent pour créer un vrai travail d'équipe.

Ainsi chez VIVAT, les aides à domicile sont organisées par équipe de 4 à 8 personnes, intervenant sur un territoire le plus petit possible, à l'échelle du quartier par exemple. Ce modèle permet aux intervenants de se sentir autonomes et responsables, en reprenant la main sur l'organisation de leur travail, avec l'aide d'un coach et d'un coordinateur médico-social.

Une transformation qui s'étend à de nombreux SAAD et qui permet l'émergence de nouveaux métiers : Aujourd’hui, il nous faut inventer un nouveau métier : transformer l’auxiliaire de vie sociale en auxiliaire d’envie sociale, pour rendre la personne actrice de la vie de son quartier, détaille Vincent Huet, Directeur général du groupe économique et solidaire MIRIAD.

Vous êtes intéressés ? Plus d'infos sur lenord.fr/LesSaadRecrutent

Pour aller plus loin