AMÉNAGEMENT CADRE DE VIE | TOUT LE DÉPARTEMENT
6 mai 2021

Près d'un chantier, je lève le pied !

Chaque jour, plus de 240 agents du Département du Nord sont exposés aux risques de la route lorsqu'ils assurent l'entretien et l'exploitation des 4 400 km du réseau départemental. Leur sécurité est notre priorité, et votre devoir. Pensez-y !

Au bord de la route, tout peut basculer très rapidement. Alexandre Foury, agent de la voirie à Hautmont, résume en une phrase l'engagement quotidien, et parfois risqué des équipes de la voirie.

Nos "hommes en jaune" sont presque 250. Et ils comptent sur vous pour leur permettre de travailler en toute sécurité. C'est le sens de la campagne que le Département du Nord lance en ce mois de mai, au moment même où les chantiers vont reprendre en grand nombre.

Notre priorité, c’est la sécurité, celle bien sûr des usagers de la route mais aussi celle de nos agents départementaux. C'est le sens de la campagne de sensibilisation que nous lançons,  rappelle Arnaud Decagny, vice-président en charge des infrastructures et des transports.

Panneaux, fourgons, clips, messages de prévention, le message est simple : près d'un chantier, je lève le pied ! Vous le retrouvez également sur les réseaux sociaux avec #MaSécuritéVotreDevoir

Près d'un chantier, je lève le pied.

Un métier risqué ? Cela dépend de vous

Qu'ils effectuent des opérations de fauchage sur les bas-côtés, d'élagage, de marquage au sol, de rebouchage de nids de poule, de balisage, de remplacement de panneaux signalétiques, les agents d'entretien de la voirie départementale sont exposés à des risques inhérents à la proximité de la route.

Imaginez, dans le Nord, un tiers de nos routes voient passer chaque jour plus de 10 000 véhicules, voitures et poids-lourds.

Et si de nombreux automobilistes font très attention, certains font encore parfois preuve de légèreté voire d'inconscience, quand il ne s'agit pas de comportements délictueux.

Peu d'accidents, mais encore trop

Depuis 2015, dix agents départementaux ont été victimes d'accidents dans le cadre de leurs missions, soit deux par an. C'est encore trop. Ces accidents ont pu être provoqués par des incivilités manifestes - le Département dépose alors systématiquement plainte - ou par des comportements dangereux : vitesse excessive, téléphone au volant, manœuvre hasardeuse…

illustration
Alexandre Foury, agent d'entretien routier à Hautmont, connait bien les dangers auxquels sont confrontés les agents de la voirie départementale. 

A la vue d’un chantier, ralentissez !

Les principaux chantiers sont signalés par des flèches lumineuses et du balisage, 400 mètres en amont. Dès que vous apercevez cette signalisation :

  • respectez la limitation de vitesse mise en place ;
  • ne dépassez pas ;
  • restez vigilant tout au long de la traversée de la zone de chantier ;
  • éloignez-vous le plus possible des agents qui travaillent en bord de route ;
  • ne faites pas demi-tour ;
Illustration
La pose de balisage, une opération délicate.

Des moyens supplémentaires pour la sécurité routière

Cette campagne traduit  l'un des engagements pris en 2019 par le Département du Nord pour renforcer la sécurité routière sur son réseau.  

Nous avons aussi renforcé l'ensemble nos politiques en ce domaine. Ainsi, le budget alloué à la sécurité routière, à partir de 2020, a été quasiment triplé avec un montant de 7,6 millions d'euros par an

Arnaud Decagny, vice-président du Département du Nord en charge des infrastructures et des transports

Un travail très rigoureux est notamment mené sur l'étude de l'accidentologie, pour sécuriser efficacement les points les plus dangereux du réseau. Une démarche spécifique est d'ailleurs engagée pour sécuriser différents carrefours hors agglomération.

Crédits photo : Cédric Arnould Philippe Houzé

Pour aller plus loin

Retour au sommet