EMPLOI | FLANDRE MARITIME
19 avril 2022

Les métiers de l'industrie, c'est pour les femmes aussi !

À Dunkerque, l'industrie recrute dans des métiers très variés, accessibles sans conditions de diplômes et ouverts aux femmes. Des Nordistes engagées dans un parcours de retour vers l'emploi ont donc été conviées à venir découvrir le monde méconnu de l'industrie au féminin.

Soudeuse, fraiseuse, ou encore pontière : voilà quelques exemples de métiers dont on ne parle encore trop souvent qu'au masculin. Et la liste pourrait encore être longue, tant l'industrie offre d'opportunités d'emploi également accessibles aux femmes.

En cette journée d'avril, elles sont donc une vingtaine à avoir bravé la pluie et le vent pour venir assister à une présentation des grands projets industriels du Dunkerquois dans le cadre de Dunkerque, l'énergie créative, et rencontrer des femmes aux parcours réussis dans l'industrie. 

L'objectif, c'est de leur proposer une dynamique vers l'emploi industriel pour qu'elles puissent ensuite affiner leur projet professionnel en ayant plus de cartes en main, explique Odile Willepotte, chargée de mission pour la Plateforme départementale emploi et insertion.   

Et visiblement, ça marche. Quand on est une femme, on ne pense pas spontanément à se tourner vers l'industrie. Ce que j'ai découvert me donne envie d'en savoir plus, par exemple sur le métier d'opérateur de ligne , témoigne Sylvie C. Ou plutôt, opératrice !, se reprend-elle immédiatement dans un sourire.

J'aime créer et je suis minutieuse alors devenir fraiseuse, pourquoi pas ! Je n'avais jamais entendu parler de ce métier mais c'est possible de se former.

Giana V., coiffeuse en cours de reconversion professionnelle

L'autre enjeu de cette journée, organisée par la Plateforme départementale emploi et insertion, Pôle emploi, l'AFPI (Association de formation professionnelle de l'industrie) et l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie), était de faire prendre conscience que l'industrie recrute sur tout un panel de métiers accessibles quel que soit le niveau scolaire, grâce à des parcours de formation.

Mais la formation professionnelle, ce n'est pas l'école dont ces femmes gardent parfois un mauvais souvenir !, explique Odile Willepotte. D'où l'importance, pour elle, de faire visiter les plateaux techniques de l'AFPI. Une visite qu'Océane B. apprécie tout particulièrement : je ne suis pas très scolaire, alors voir les plateaux techniques, ça me plait parce que c'est du concret 

Et du concret, il y en a justement encore au programme : tests d'habileté proposés par Pôle Emploi, et une série d'entretiens avec différents partenaires du territoire.

  • 1/2
  • 2/2

À la fin de la journée, Océane B. n'en revient pas : au collège et au lycée, on ne parle pas de l'industrie. Je ne connaissais que le métallier mais il y a plein d'autres choses. Aujourd'hui, on a eu plein d'infos sur les métiers et aussi tous les partenaires qui peuvent nous aider. On a pu parler avec beaucoup de monde. À chaque question, on a eu une réponse !

Crédits photo : Département du Nord, Ph. Houzé

Pour aller plus loin