FLANDRE MARITIME
24 mars 2022

Le bonheur retrouvé à Socx pour deux jeunes réfugiées ukrainiennes

Venues de Kiev, Anastasia, 25 ans, sa sœur Daria, 23 ans, et leurs trois chats, ont trouvé refuge à Socx, près de Dunkerque, pour fuir la guerre en Ukraine. Autour d'elles, un village se mobilise.

Dès les premières heures de l'invasion russe en Ukraine, Alice Dhellin, responsable administratif et financier de la Villa départementale Marguerite-Yourcenar, a décroché son téléphone. Au bout du fil, Anastasia, une bonne amie de la famille.

Je lui ai dit : viens, viens ! Et je suis allée la chercher avec un ami à Cologne, en Allemagne, elle et sa sœur, pour les ramener à Socx. Il fallait que je le fasse.

Alice Dhellin, agent du Département

Une solidarité ancienne et renouvelée

Cinq étés de suite, la jeune femme, qui travaille aujourd'hui dans le domaine de l'informatique, a été hébergée chez les Dhellin en tant qu'enfant de Tchernobyl. On a conservé un lien fort avec elle. La première fois qu'elle est venue, elle avait 11 ans, se souvient Franck Dhellin, le mari d'Alice. 

Anastasia témoigne aujourd'hui : À Kiev, on entendait le bruit des bombes, on voulait se mettre en sécurité et on a accepté cette offre d'hébergement.  

On a voyagé pendant cinq jours pour arriver ici. On est très bien maintenant, contentes d'être en sécurité. Mais on se tient constamment au courant de ce qui se passe là-bas.

Anastasia, réfugiée ukrainienne

Une partie de leur famille doit rejoindre la France dans quelques jours, notamment la mère des deux jeunes femmes. Leur père, qui a moins de 60 ans, reste mobilisable en Ukraine. Une source d'angoisse supplémentaire...

Alice Dhellin est l'une des Nordistes qui s'est engagée pour l'accueil de réfugiés ukrainiens dans le Nord
Anastasia, jeune réfugiée ukrainienne à Socx

Le conflit durant, les deux sœurs s'apprêtent désormais à passer des mois, voire des années, dans le Nord. Tout va dépendre de la situation en Ukraine... Si le pays devient russe, je n'y retourne pas, affirme Anastasia, prête à rester en France le temps qu'il faudra. En attendant, leurs trois chats emmenés dans les bagages, les rassurent.

Un village solidaire

Mis au courant de cette arrivée, Alexandre Rommelaere, maire de Socx, a organisé au mieux la solidarité autour des deux réfugiées.

Le village de Socx s'est beaucoup mobilisé pour accueillir Anastasia et Daria, indique-t-il. Nous avons organisé une réunion avec des habitants pour savoir comment on pouvait les aider. Des personnes leur ont offert des vélos afin qu'elles puissent se déplacer

Et ce n'est pas tout. D'après Alexandre Rommelaere, il se pourrait que le village accueille d'autres réfugiés ukrainiens dans les semaines qui viennent.

Une petite enveloppe a été prévue dans notre budget 2022 pour leur venir en aide. C'est un véritable élan de solidarité et de générosité auquel nous assistons.

Alexandre Rommelaere, maire de Socx

Toutes les compétences locales sont aujourd'hui mises à contribution, comme celles d'une ancienne professeure d'anglais qui effectue des traductions en attendant qu'Anastasia et Daria maîtrisent un peu mieux le français. Des associations de Socx se sont aussi proposées pour des cours de gym gratuits, par exemple. 

Un bonheur retrouvé pour les deux jeunes filles, qui fait plaisir à voir... malgré toutes les vicissitudes actuelles.

Crédits photo : Cedric Arnould _ Alice Dhellin, entourée de Daria et Anastasia

Pour aller plus loin