HANDICAP | TOUT LE DÉPARTEMENT
22 avril 2020

Coronavirus : un guide pour aider les personnes fragiles et leurs aidants

Pendant la période de pandémie, les personnes en situation de handicap se posent de nombreuses questions sur leurs droits. Leurs aidants aussi. Voici une petite foire aux questions, avec des réponses dedans !

Durant la période de grand confinement, toutes les structures d'accueil des personnes âgées et handicapées étaient inaccessibles, même pour les proches. Depuis le lundi 20 avril, la situation a évoluée. Le Gouvernement a entendu la détresse des personnes confinées, que ce soit celle des résidents en EHPAD que de leurs familles.

Il est désormais possible à chacun de se rencontrer, mais dans un cadre strictement limité. Ainsi, cette possibilité est réalisable pour 2 personnes maximum. Pour ce faire, il faut au préalable prendre rendez-vous avec les EHPAD et autres structures d'accueil de personnes fragiles. Les visites se font à la demande des résidents. Il ne peut y avoir de contact physique. Juste un contact visuel. Mais c'est déjà beaucoup, quand on ne s'est pas vus depuis des semaines...

Mais bien d'autres questions se posent encore pour les personnes fragiles...

L’activité de la MDPH est-elle maintenue ?

L’accueil physique de la MDPH du Nord est suspendu. Mais pour assurer une continuité de réponses aux besoins des personnes en situation de handicap, elle organise un suivi à distance des demandes selon le moyen le plus adapté à chaque situation : téléphone, message électronique… 

Je suis une personne handicapée vivant seule à domicile. Que dois-je faire ?

Je signale ma situation à la MDPH pour évaluer mon besoin d’aides pendant la période de confinement. Elle m’aide à identifier les services et organismes qui peuvent m’apporter des solutions. En fonction de ma situation personnelle, si je ne peux me maintenir à mon domicile, on peut me proposer une solution d’accueil temporaire en hébergement.

Confinement

Je suis une personne en situation de handicap et je ne peux pas télétravailler. Dois-je rester à domicile ?

Si vous êtes un salarié fragile et qu'aucune solution de télétravail n’est envisageable, vous devez rester à domicile. Vous pouvez bénéficier d’un arrêt de travail selon des conditions simplifiées.

Se connecter directement, sans passer par votre employeur ni par votre médecin traitant, sur le site declare.ameli.fr pour demander à être mis en arrêt de travail pour une durée initiale de 21 jours.

C’est l’Assurance maladie qui va directement établir votre arrêt. Votre caisse peut le cas échéant revenir vers vous pour confirmer votre situation.

Les transports adaptés qui me permettent de me rendre au travail sont-ils maintenus ?

Oui, les transports adaptés aux personnes à mobilité réduite sont maintenus.

Les sorties

Mon enfant handicapé vit très mal le confinement. Est-ce possible de le sortir plus d’une heure et un peu plus souvent ?

Les conditions de sortie pour les enfants et adultes handicapés et leur accompagnant sont assouplies en cas de besoin, dans le strict respect des gestes barrière qui restent obligatoires pour la santé de tous.

Ceci est fait pour aider les personnes handicapées qui connaissent à cause du confinement des troubles importants du comportement ou une altération de leur santé mentale, et notamment les personnes avec autisme, déficience intellectuelle, déficit de l’attention, avec ou sans hyperactivité ou troubles psychiques.

Il est ainsi possible de sortir plus longtemps, à pied ou en voiture.

Dans tous les cas, vous devez avoir avec vous (ou votre accompagnant pour un enfant) votre attestation dérogatoire de déplacement et tout document qui justifie votre handicap.

Je dois faire des courses mais je n’arrive pas à remplir mon attestation dérogatoire de déplacement. Puis-je sortir sans cette attestation et sans me faire verbaliser ?

L’attestation dérogatoire de déplacement n’est pas nécessaire, à titre exceptionnel, pour les personnes malvoyantes, sous condition de présenter une carte d’invalidité ou un document justifiant d’un tel handicap.

Par ailleurs, si vous êtes accompagné d’un auxiliaire de vie à domicile, ce dernier devra disposer d’une dérogation professionnelle de déplacement.

Les aidants et l'accueil familial

Comment fonctionne l'accueil familial durant la période de crise ?

Malgré la crise sanitaire, les accueillants familiaux qui hébergent des personnes âgées ou handicapées peuvent poursuivre leur activité. Celle-ci est néanmoins assortie de précautions particulières. Ex : les visites des proches ne sont plus possibles. Les accueillants familiaux doivent limiter leurs déplacements pour ne pas fragiliser les personnes accueillies.

Lorsqu'une personne accueillie a été hospitalisée, une mesure de « quatorzaine » est préconisée. 


Comment les aidants peuvent-ils un peu se reposer ?

Pour les proches aidants, des solutions de répit sont possibles pour faire les courses ou prendre un peu de repos.

L'accueil familial est justement une solution pour ce faire. A ce jour, il reste environ 200 places en accueil familial sur tout le département.

Par ailleurs, il existe une cellule d’écoute psychologique proposée par l’EPSM Lille Métropole (Etablissement Public de Santé Mentale) notamment.

Où puis-je trouver toutes les informations pouvant être utiles ?

Le site gouvernemental handicap.gouv.fr propose une foire aux questions très complète pour les adultes et enfants en situation de handicap, la famille et les proches aidants.

Crédits photo : Département du Nord - Dominique Lampla

Pour aller plus loin