JEUNESSE ÉDUCATION | MÉTROPOLE
30 janvier 2020

Aux Archives départementales, des collégiens sur les traces des familles déportées.

Aline Mattana, professeure d'histoire-géopgraphie au collège Albert Schweitzer de La Bassée, et ses élèves de troisième, ont entrepris un travail de mémoire aux Archives départementales du Nord. Depuis plusieurs mois, ils récoltent de précieuses informations sur plusieurs familles juives déportées pendant la Seconde Guerre mondiale. [Musique] [Voix off] Derrière des photos en noir et blanc, ces élèves de 3ème font peu à peu revivre l'histoire de six familles juives déportées. Silvio s'intéresse aujourd'hui au couple Rosenberg et à ses trois enfants. [Silvio] Le plus petit, André, il a trois ans quand il se fait arrêté. Ça doit être angoissant, il ne sait pas où il est déporté, il ne sait pas ce qui lui arrive. [Voix off] Images, fiches d'arrestation, listes de port d'étoile, des précieux documents sont conservés à Lille aux Archives départementales, et permettent de rendre plus concrète encore la grande histoire apprise dans les livres. [Lucile Froissart] On sait ce qui s'est passé, évidemment tout le monde sait ce qui s'est passé durant la Seconde Guerre mondiale. Mais le fait de voir véritablement les documents originaux rédigés à la main, avec des noms de familles, finalement on s'approprie aussi l'histoire de ces familles, on a l'impression quelque part de vivre aussi, en même temps, ce qui leur est arrivé. [Voix off] Pour la professeure d'histoire-géographie Aline Mattana à l'origine du projet, c'est un support pédagogique irremplaçable. [Aline Mattana] Il y a plusieurs années, j'ai des élèves en cours d'éducation civique qui ont plus ou moins dit que le génocide juif n'avait pas existé, qu'on avait peut-être menti, qu'on avait transformé les images, les photos... et du coup je me suis dit qu'il y avait un travail à faire là-dessus. On veut leur montrer quel est le travail de l'historien, comment on fabrique l'histoire, entre guillemets, parce que c'est une fabrication, c'est une construction intellectuelle. On se base sur ces preuves. Ces preuves on les croise avec des témoignages. [Paul] C'est important de sensibiliser la jeunesse pour ne pas reproduire les erreurs du passé justement. [Élise] Ils ont souffert ces enfants, donc pour nous c'est touchant. C'est énormément touchant. [Voix off] Ce travail aux Archives est une première étape pour ces élèves qui poursuivent leur travail sur la Shoah. ils visiteront ensuite des sites de mémoire à Paris, à Malines, et rencontreront des survivants des camps de concentration.

Pour aller plus loin