HANDICAP | VALENCIENNOIS
2 avril 2021

Autisme : au cœur des métiers qui accompagnent

Dans le foyer d’accueil médicalisé de Marly, chaque jour, une véritable armée se met en marche au service d'adultes autistes. Des professionnels armés plus que d’un métier : une véritable passion.

Dans un salon, Kevin et Nafy discutent. Kevin choisi des vignettes pour faire comprendre à son éducatrice spécialisée qu’il souhaite écouter de la musique.

Dans la pièce d’à côté, Alix se fait chouchouter par Charlotte, son ergothérapeute. Au rythme d’une musique douce, sur un matelas à eau, elle lui prodigue des massages sur le dos. Lumières douces et feutrées, le moment est relaxant.

Alix et Kevin sont des adultes autistes résidant au Foyer d’Accueil Médicalisé de Marly, du groupe SOS Solidarités. Ouvert depuis 2016, la structure accueille un public autiste, composé majoritairement de jeunes adultes. C’est certes un lieu de vie, mais c’est surtout un lieu qui propose un vrai projet d’accompagnement de ses résidents, précise son directeur, Thierry Hoestlandt.

L’autisme est un trouble du neuro-développement qui handicape les personnes qui en sont atteintes : difficultés sensorielles, problèmes de communication… Il n’existe pas un seul degré d’autisme, comme n’importe quel handicap, il se manifeste de différentes façons. Nous voulons permettre aux résidants d’effectuer un travail individuel afin qu’ils puissent avoir les mêmes droits et les mêmes libertés que n’importe qui.

Avec pour objectif final : permettre à chacun de vivre une vie « normale » et de pouvoir commander une baguette de pain, ou prendre un bus.

Une approche individuelle

Tout le travail de Charlotte Boulet, jeune ergothérapeute, est d’identifier les raisons des difficultés approchées par les personnes autistes pour leur permettre d’accéder aux choses qui les dérangent.

Je prodigue des soins grâce aux activités, au sens large 

Charlotte Boulet, ergothérapeute

Je mets en place beaucoup d’évaluations qui me permettront de me baser sur les capacités de la personne, plutôt que sur ses incapacités. Charlotte dresse un profil sensoriel pour comprendre les particularités de la personne autiste. Elle se base notamment sur les cinq sens et détermine ainsi les hypersensibilités ou les hyposensibilités.

Par exemple, une personne autiste adopte un comportement anormal. Ce comportement peut être dû à une hypersensibilité à la lumière qui lui provoque de fortes migraines. Cette personne peut alors bénéficier d’une prise en charge adaptée. Et si elle parvient à exprimer ses besoins, ses envies, ses maux, son inclusion est encore plus efficace.

Illustration

La communication : un axe essentiel

C’est sur cet axe de la communication pour éviter les troubles du comportement qu’interviennent les éducateurs spécialisés comme Nafy Fall.

Il existe trois troubles de la communication :

  • verbaux : la personne est capable de communiquer correctement, elle sera accompagnée pour réussir à s’exprimer en société ;
  • intermédiaires : un travail sur le vocabulaire et le champ lexical sera approfondi ;
  • non verbaux : utilisation de "pictos", vignettes illustrées pour communiquer.

Chaque résidant a son propre classeur de pictos. Le classeur est personnalisé en fonction de leur caractère, leurs envies, leurs besoins. Un chariot a ainsi été conçu : il contient toutes les vignettes possibles et permet des échanges à n’importe quel moment et n’importe quel endroit.

Mon objectif est de leur donner les moyens de communiquer et de se repérer dans un monde qu’ils ne comprennent pas.

Nafy Fall, éducatrice spécialisée

L’écoute et la bienveillance au quotidien

Au-delà de ces accompagnements spécifiques, le travail des aides-soignants est, dans un foyer accueillant des autistes adultes, très particulier. Je suis beaucoup dans l’observation, une observation minutieuse, indique Elodie Duma. Dans le foyer de Marly, tout relève du défi : lacer ses chaussures, prendre le repas, se couper les ongles…Je suis dans un véritable accompagnement de la vie. Je regarde tous les comportements et je note le moindre changement

Petit à petit, chacun de ces professionnels poussent les résidants du foyer vers plus d’indépendance. Avec douceur, fermeté mais surtout bienveillance et passion.

Crédits photo : Philippe Houzé / Département du Nord

Pour aller plus loin

Retour au sommet