EMPLOI , SÉNIORS , FAMILLE SANTÉ | VALENCIENNOIS
7 avril 2020

Aide à domicile :"Je suis le seul lien vers l’extérieur des personnes dont je m’occupe"

Des courses aux repas, de la toilette aux exercices de stimulation de la mémoire… Avec le confinement, le quotidien d’une auxiliaire de vie familiale est encore plus rempli et plus indispensable qu'à l'accoutumée. Reportage près de Denain.

Lorsque nous avions rencontré Aurélie Doisy en début d’année, elle venait de signer son CDI chez Zen Seniors Valenciennes, après avoir suivi une formation d’auxiliaire de vie et obtenu son diplôme haut la main. 

Une fin de parcours réussie pour cette dynamique Denaisienne qui avait poussé les portes de la Maison Départementale de l'Insertion et de l'Emploi de Valenciennes le 31 juillet dernier. Du plus loin qu’elle s’en souvienne, Aurélie Doisy a toujours souhaité se consacrer aux autres. Cette certitude l’animait plus que jamais , se souvient Stéphanie Raspilair, sa coach emploi. 

Auxiliaire de vie : une profession qui gagne à être (re)connue

Le monde se resserre peu à peu pour les personnes âgées en perte d’autonomie. Avec le confinement, elles ont encore plus besoin de nous, nous explique aujourd'hui Aurélie. Il faut dire qu’elle est désormais devenue quasiment leur seul lien vers l’extérieur. 

Ils me questionnent sur la situation, mais ils s’inquiètent également pour moi, même s’ils voient que j’applique les gestes barrière et que je suis équipée de gants, d’un masque et de gel hydroalcoolique, ajoute-t-elle, rassurante. 

Près de 150 000 masques commandés par l'Agence régionale de santé sont livrés chaque semaine par le Département aux services d'aide à domicile.

Crise sanitaire ou pas, c’est mon rôle d’être là pour mes patients.

Aurélie Doisy, auxiliaire de vie 

Au quotidien, l’auxiliaire de vie poursuit ses missions élémentaires, à savoir la préparation des repas, l’aide à la toilette, le ménage et même quelques courses à la place des patients. 

Mais son investissement ne s’arrête pas là : j’ai une patiente atteinte de la maladie d’Alzheimer qui ne peut plus recevoir la visite de son orthophoniste. Alors je lui fais pratiquer des exercices pour travailler sa mémoire. Je m’assure également qu’elle sache en permanence quel jour nous sommes pour qu’elle ne perde pas le fil du temps.

Aujourd’hui, plus que jamais, la jeune femme fait tout pour exercer son métier avec le sourire : C’est important pour eux comme pour moi. Mon métier, je l’aime et je suis fière de continuer à l’exercer , conclue-t-elle. 

On estime que 2 000 emplois dans le secteur sont aujourd’hui non pourvus dans le Nord. Le Département et Pôle emploi proposent donc régulièrement des opportunités en lien avec les métiers de l'aide à domicile.

Pour aller plus loin